Pandémie, confinement et sociétés sécuritaires

Ce texte est écrit alors que la France se trouve dans le pic de l’épidémie de la Covid-19 et que les mesures de confinement de la population se durcissent dans le pays et que l’état d’urgence sanitaire devrait être repoussé jusqu’au mois de mai.

L’article pose plus de questions qu’il n’apporte de réponses. Il propose de faire un bilan d’étape d’une pandémie qui a fait à l’heure actuelle plus de 100 000 morts dans le monde. Il invite notamment à analyser – encore à chaud – ce que la Covid-19 dit sur nos sociétés capitalistes marquées par la colonialité ainsi que sur la gestion politique de la pandémie.

Pandémie et vulnérabilité des sociétés capitalistes

Le coronavirus 2019 est une maladie infectieuse apparue en novembre 2019 à Wuhan en Chine. Dans le monde globalisé qu’est le nôtre, la maladie se propage rapidement en dehors de son foyer d’apparition causant la mort de nombreuses personnes dans divers pays. Les uns après les autres, les différents États du monde instaurent des mesures de protection et en mars 2020, l’OMS requalifie l’épidémie en pandémie.

Selon une étude faite à partir de l’expérience chinoise, 78% des cas de la Covid-19 sont asymptomatiques1. Par ailleurs, le virus affecte très peu les personnes jeunes. En France, seuls deux enfants de moins de 16 ans sont morts sur un total de 14 393 décès (l’un d’eux souffrant d’ailleurs d’autres pathologies). Plus une personne atteinte par le virus est jeune et en bonne santé, plus les chances de guérir sans séquelles sont élevées, de l’ordre de 98%2.

En revanche, la Covid-19 affecte principalement les personnes âgées (contrairement à la pandémie de grippe H1N1 en 2009-2010 qui touchait davantage les plus les jeunes). Ainsi, en Italie, au moins 55% des décès ont concerné des octogénaires3. En France, 90% des décès ont affecté des personnes âgées de 65 ans et plus4. Et un tiers des décès enregistrés l’ont été dans des EHPAD (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes). D’autre part, l’âge moyen des cas répertoriés dans les services de réanimation est 60 ans alors que près de 57% sont âgés de 65 ans et plus5.

À l’échelle planétaire, le Nord global, et plus particulièrement l’Europe, est le plus touché par la Covid-19 (cf. graphique). Il faudra néanmoins attendre la fin de la pandémie pour voir si cette tendance se confirme.

Tableau réalisé à partir des données de «Le bilan de la COVID-19 grimpe à 86 200 morts», La Presse, 8/04/20, URL : https://urlz.fr/co4p

En plus de l’âge, il existe d’autres facteurs de risque comme les maladies cardiovasculaires, le diabète, les maladies chroniques respiratoires (asthme, mucoviscidose…), l’insuffisance rénale chronique, les personnes sous traitement du cancer, la cirrhose, l’infection au VIH non contrôlée ou l’obésité morbide6.

En somme, la Covid-19 attaque plus spécifiquement les personnes vulnérables des sociétés capitalistes et marquées par la colonialité. En France nous savons où elles se trouvent : dans les EHPAD, dans la rue pour les personnes sans domicile fixe et mal-logées, dans les campements précaires, dans les prisons, les centres de rétention administrative et dans tous les espaces pauvres de la métropole et des territoires français d’Outre-mer. C’est donc là logiquement que tous les efforts devaient être portés. L’ont-ils été réellement ?

Immunité collective vs. confinement

Bien que vivant dans un monde globalisé, les sociétés qui le composent présentent des organisations politiques spécifiques, découlant de leur histoire et de leurs rapports de pouvoir au sein du système. Dès le début de la crise sanitaire (2 janvier 2020), chaque État la gère différemment. Deux positions scientifiques et politiques s’affrontent alors, à savoir la théorie de l’immunité collective et le confinement (lui-même décliné en différents degrés).

Le principe de l’immunité collective repose sur l’idée qu’on peut enrayer la propagation d’une maladie contagieuse à partir du moment où la majorité de la population est immunisée. D’après certains chercheurs, le pourcentage à atteindre pour la Covid-19 serait de l’ordre de 60% de la population infectée7. L’inconvénient de ce procédé est que l’infection peut toucher aussi les personnes vulnérables de la population. Un certain nombre de pays adoptent d’emblée cette stratégie, à savoir la Corée du Sud, Taiwan, l’Indonésie, le Royaume-Uni, les Pays-Bas et la Suède. Mais alors que les pays asiatiques ont accompagné cette mesure par d’autres plus contraignantes comme le dépistage massif ou l’isolement des personnes contaminées, la Suède et les Pays-Bas optent pour le « confinement intelligent » qui appelle à la civilité des habitant·es tout en préservant leur liberté8.

La seconde option, le confinement, portée par les autres pays européens, prendra néanmoins de plus en plus de poids dans les décisions politiques prises par les différents États après la requalification de la Covid-19 en pandémie. Aujourd’hui, 50 pays du monde ont adopté le confinement total et une pression très importante s’exerce contre ceux qui comme les Pays-Bas et la Suède faisaient cavaliers seuls (cf. carte).

Source : Le Monde (6/04/20), URL : https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/03/30/coronavirus-quels-pays-sont-confines_6034936_3244.html

Or, derrière le confinement se cachent des réalités bien différentes. Un certain nombre de pays comme l’Italie, la France ou l’Espagne – les plus touchés par la Covid-19 – ont adopté un confinement total alors que pour d’autres, il est plus souple et consiste en une invitation aux populations à rester chez elles. D’une manière générale, le choix du confinement total s’accompagne d’une limitation croissante des libertés individuelles dans le cadre d’imposition d’états d’urgence sanitaires. À titre d’exemple, le Pérou instaure le 16 mars l’état d’urgence avec un couvre-feu entre 18h et 5h ainsi que le confinement social9. Le 2 avril, le chef de l’État décrète le durcissement des mesures de confinement avec des jours de sortie différenciés selon les sexes : 3 jours de sortie pour les femmes et autant pour les hommes, avec interdiction totale le dimanche10.

Pour l’heure, le confinement ne semble pas à lui tout seul, fournir des résultats probants. En effet, des pays ne l’ayant pas imposé et ayant opté pour d’autres mesures (en Asie notamment) ont réussi à limiter le nombre de décès, alors que les pays européens ayant instauré un confinement total connaissent le nombre de morts le plus élevé du monde (cf. graphique).

Graphique des pays dont l’épidémie a débuté en janvier 2020 à partir des données de Wikipédia.

Quelques pistes de réflexion sur le Covid-19 sous le prisme décolonial

La pandémie de coronavirus et les façons de la contrer invitent à analyser l’impact du confinement sur les populations concernées en fonction de leur position sociale.

Covid-19 et colonialité

L’épidémie de Covid-19 pose la question de la colonialité, notamment celle du savoir, du genre et de l’être. La première notion fait référence à l’élévation des savoirs et des connaissances eurocentrées et à l’infériorisation voire la négation des autres épistémès sous prétexte qu’ils sont primitifs et peu évolués. Dans le cas de cette pandémie, la médecine occidentale, à travers ses différentes institutions, se trouve au centre du dispositif mondial de lutte contre la maladie. La théorie et les savoirs sur la santé ne sont pourtant pas une exclusivité occidentale. Tous les peuples du monde en possèdent.

Néanmoins, aux quatre coins du monde, seule la perspective occidentale de la santé est envisagée comme légitime et performante pour vaincre la maladie. Tous les espoirs se portent sur le vaccin, l’antidote chimique (cf. le débat sur le chloroquine) produite par celle-ci. La médecine occidentale apparait, sans que personne ne questionne son hégémonie, comme la seule « moderne » et capable d’apporter LE remède à la Covid-19. Personne, ou presque, ne pense à sortir de cet eurocentrisme, ni à s’enquérir d’autres approches de la maladie et de la guérison. Les experts de la santé occidentale – des hommes blancs de plus de 45 ans recouverts de leurs titres académiques et institutionnels – apparaissent comme nouveaux rois thaumaturges allant guérir le peuple des écrouelles. Sans nier la compétence ni le dévouement de ces personnes, on peut se demander pourquoi leur parole serait supérieure, infaillible et surtout universelle. Il existe très certainement dans le monde d’autres façons – celles des peuples autochtones notamment – de voir la crise sanitaire dont on ne fait pas grand cas par hybris et arrogance épistémique.

La deuxième réflexion s’articule autour de la colonialité de l’être. Ce concept, théorisé par Nelson Maldonado-Torres à partir de sa lecture des travaux de Frantz Fanon, désigne la classification et la hiérarchisation des populations du monde autour d’une ligne de l’humanité. Celles situées dans la zone de l’être bénéficient de droits et de privilèges qui les protègent et leur permettent de vivre dans de bonnes conditions. En revanche, les personnes cantonnées dans la zone du non être – en fonction de leur classe, race, genre, sexualité et validisme – sont privées de la reconnaissance de leur humanité ce qui se traduit par un moindre accès aux droits. Pour autant, les personnes de chaque zone, sont elles-mêmes classées hiérarchiquement aussi en fonction des mêmes critères de classe, race, genre, sexualité et validisme.

La pandémie de Covid-19 visibilise cette forme d’inégalité. En effet, le bienêtre et les systèmes de protection sociale des pays capitalistes garantissent les bonnes conditions de vie des personnes situées dans la zone de l’être. En ce sens, les mesures de confinement total n’ont pas le même impact selon que l’on se trouve dans une zone ou dans l’autre. Ainsi, les familles des classes supérieures peuvent envisager un confinement très supportable dans leurs maisons secondaires situées en dehors des grandes villes et où leurs déplacements sont peu ou pas surveillés. À l’inverse, dans les zones du non être du monde entier, les confinements sont difficiles à mettre en place alors que ces espaces sont plus contrôlés. Ainsi, au Pérou, 12 millions de travailleur·ses informel·les ne peuvent pas arrêter de travailler car ils gagnent leur vie au jour le jour. Pour pallier cela, le gouvernement a annoncé le versement d’une allocation de 100 euros. Mais pour la percevoir des démarches administratives sont nécessaires, à commencer par l’enregistrement officiel11.

La colonialité de l’être se déploie également dans les pays occidentaux. Les populations racisées et précaires sont plus exposées que les autres à la Covid-19 comme le montrent les statistiques étatsuniennes. Dans l’Illinois, la Caroline du Nord et la Louisiane où les Afro-étatsunien·nes représentent respectivement 14%, 22% et 33% de la population, iels sont surreprésenté·es parmi les morts liées au corona virus, avec 42%, 31% et 70%12. Au Royaume-Uni, le Centre national de recherche et d’audit des soins intensifs a constaté la semaine dernière que sur un échantillon de près de 2000 personnes atteintes du Covid-19, 35% étaient non-Blanches13.

En France, les hôpitaux de Seine-Saint-Denis – département à forte proportion de personnes précaires et racisées – a ainsi vu ses hôpitaux saturés dès le 30 mars. Les points d’eau et les sanisettes de la capitale ont été fermées sans solution de remplacement pour les personnes sans domicile fixe soumises par ailleurs aux contrôles pressants de la police. En ce qui concerne les personnes âgées, les EHPAD ne semblent pas avoir été la priorité du gouvernement français car le dépistage massif n’a été décidé qu’au début du mois d’avril en plein pic de l’épidémie. En France, 2,8 millions de personnes sont mal-logées ce qui se combine bien souvent à la précarité alimentaire et l’accès au confort comme l’internet, indispensable pour assurer la « continuité pédagogique » des enfants. Rien n’a été pensé ni mis en place pour ces personnes à forte proportion racisée.

« On vit déjà mal, mais avec le confinement on va rester entre ces quatre murs. Je me suis dit: peut-être on va mourir de ça aussi finalement. » (Madeleine, aide-soignante à l’hôpital, vivant avec ses deux enfants dans un studio de 17 m²)14

Peur et sociétés sécuritaires

L’épidémie de coronavirus a réveillé la peur de la mort dans des sociétés jeunistes où l’espérance de vie est de plus en plus étendue. Les médias grand public et le personnel politique de certains pays ont exacerbé cette émotion à travers leurs discours. Les premiers n’ont de cesse de titrer jour après jours sur le nombre de morts et d’insister sur le chiffre des personnes accueillies en réanimation. Le personnel politique de plusieurs pays européens a déployé toute la rhétorique de la guerre à coups de discours télévisés et de messages à la population.

Après avoir instauré des états d’urgence, les forces armées ont été appelées pour assurer le respect du confinement imposé à la population. Des amendes et des sanctions ont été instituées en cas de non-respect de cet état d’exception. Ainsi, après trois semaines de la mise en place de l’état d’alarme, 2850 personnes avaient été arrêtées en Espagne et 330 000 procédures de sanction avaient été ouvertes15.

En France, des drones sont utilisés pour surveiller et rappeler à l’ordre la population tandis 480 000 amendes ont été dressées sur 8,2 millions de contrôles en trois semaines. Seulement, ces contrôles ne se déroulent pas de manière égalitaire sur les territoires français mais en fonction de critères de colonialité. Ainsi, l’un des départements les plus défavorisés et le plus surveillé de France, la Seine-Saint-Denis, accuse un nombre record d’amendes enregistrées : 10% du total des personnes verbalisées durant les deux premiers jours du confinement16. Il en va de même dans les territoires d’Outre-mer. À Mayotte, qui ne compte qu’une centaine de cas de Covid-19 et trois décès, le tribunal de Mamoudzou a condamné un homme d’une vingtaine d’années à trois mois de prison ferme pour ne pas avoir respecté le confinement17. Un arrêté du rectorat de Mayotte autorise également les Équipes Mobiles de Sécurité (créées en 2009 pour sécuriser les établissements scolaires) de l’ile à circuler armées de matraques télescopiques18.

La mise en place des états d’urgence sanitaire fragilise davantage les populations déjà en situation de vulnérabilité extrême. C’est le cas des prisons et des Centres de rétention des étrangers (CRA) où les mesures sanitaires n’ont pas été pas mises en place et où on observe au contraire une dégradation des conditions d’existence des personnes incarcérées ainsi qu’un renforcement de la violence à leur encontre. De leur côté, les travailleuses du sexe, précarisées depuis le début du confinement, demandent à l’État le déploiement d’un revenu de remplacement.

Ailleurs dans le monde, les populations LGBT+ subissent un sort similaire. Ainsi, au Pérou, des policiers humilient deux femmes transgenres, les obligeant à crier « Je veux être un homme », tout en leur infligeant la punition de sauter à pieds joints, accroupies, pour n’avoir supposément pas respecté les mesures de confinement destinées à lutter contre l’épidémie due au coronavirus.

Violence et destruction du lien social

La pandémie met en évidence et renforce, à travers le discours alarmiste et sécuritaire qui l’accompagne, l’individualisme et la culpabilisation des populations concernées. La peur de la contagion – notamment par les porteur·ses sains – pousse à voir dans l’autre un ennemi intérieur. C’est le cas tout particulièrement des enfants et des adolescent·es contraint·es à rester des semaines chez elleux sans sortir et interdit·es d’entrée dans certains magasins. Le Comité des pour le droits des enfants de l’ONU vient d’émettre une déclaration qui alerte sur l’impact physique, émotionnel et psychologique des mesures de confinement sur les enfants19. Dans bien des cas, le confinement renforce les violences de genre et intrafamiliales.

Dans ce contexte ultra sécuritaire, la délation est revenue sur le devant de la scène y compris dans des pays comme la France, où cette pratique rappelle de sombres périodes de son histoire20. D’autres pays, comme l’Espagne, le Mexique, l’Argentine ou la Colombie encouragent même la dénonciation auprès des services du gouvernement.

Alors qu’on pourrait attendre qu’une crise d’une telle ampleur accroisse les formes de solidarité collective, force est de constater que les mesures préconisées – justifiées ou non, là n’est pas la question – pour combattre l’épidémie, sont destructrices du lien social. C’est le cas de l’enseignement à distance, de la distanciation sociale et du port du masque. Cela s’observe dans les rues des grandes villes, où les gens ne se regardent plus, changent de trottoir lorsqu’ils rencontrent quelqu’un d’autre, où ils ne peuvent plus s’arrêter à partager et échanger avec le voisinage. Il est intéressant de noter que ce délitement du lien social – espérons-le provisoire – s’est imposé à un moment où dans de nombreux pays, la force du collectif s’était exprimée depuis des mois dans des mobilisations sociales de forte intensité.

Source: La Charente Libre, 10/04/20, URL: https://urlz.fr/cofT

Les conditions sanitaires imposées à des millions de personnes dans le monde, en rompant ce lien, mettent de côté un remède essentiel dans la guérison (sanación) collective, à savoir celle de l’amour sous toutes ses formes. Or le sentiment amoureux passe par le contact de tous les sens, ce qui est justement traqué aujourd’hui, du début à la fin de la vie. À Bangkok, des nouveau-nés sont accueillis par des soignantes masquées et forcés à porter des masques, des personnes en fin de vie ne peuvent pas dire adieux à leurs proches, les obsèques des morts de la Covid-19 se déroulent presque dans la clandestinité. Comme le dit María Galindo, cette pandémie doit nous amener d’abord à guérir nos cœurs sans juste penser à nos positions privilégiées.

«¿Qué pasa si decidimos preparar nuestros cuerpos para el contagio? ¿Qué pasa si asumimos que nos contagiaremos ciertamente y vamos a partir de esa certidumbre procesando nuestros miedos? ¿Qué pasa si ante la absurda, autoritaria e idiota respuesta estatal al coronavirus nos planteamos la autogestión social de la enfermedad, de la debilidad, del dolor, del pensamiento y de la esperanza?21» (María Galindo)

Source: Facebook (Cholitas paceñas), URL: https://urlz.fr/cog0

Cite this article as: Lissell Quiroz, « Pandémie, confinement et sociétés sécuritaires » in Perspectives décoloniales d’Abya Yala, 13/04/20, URL: https://decolonial.hypotheses.org/1723 .

  1. « Covid-19: four fifths of cases are asymptomatic, China figures indicate », 2/04/20, BMJ 2020;369:m1375. []
  2. Coronavirus : «Quel est le pourcentage de guéris comparé au nombre d’hospitalisés ?», Le Parisien, 20/03/20, URL : https://urlz.fr/co4i []
  3. « Le Covid-19, impitoyable avec les pays vieillissants », Le Temps, 22/03/20, URL : https://www.letemps.ch/monde/covid19-impitoyable-pays-vieillissants []
  4. « Coronavirus : décès d’un enfant en Ile-de-France, carte en direct », Le Journal des Femmes, 10/04/20, URL : https://urlz.fr/co4l []
  5. Ibid. []
  6. «  Maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) : questions-réponses  », OMS, URL : https://www.who.int/fr/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/advice-for-public/q-a-coronaviruses []
  7. «Vos questions sur le Covid-19 : l’immunité collective peut-elle stopper le virus ?», Sud-Ouest, 20/03/20, URL : https://urlz.fr/co4x []
  8. Coronavirus: aux Pays-Bas, le gouvernement mise sur le « confinement intelligent », Reporterre, 8/04/20, URL : https://urlz.fr/co4y []
  9. « Au Pérou, confinement et couvre-feu », Courrier International, 20/03/20, URL : https://urlz.fr/co4z []
  10. « Confinement au Pérou : sorties différenciées entre hommes et femmes, les transgenres inquiets », Le Monde, 8/04/20, URL : https://urlz.fr/co4B []
  11. « Coronavirus : les travailleurs informels dans une situation critique au Pérou », RFI, 1/04/20, URL : https://urlz.fr/co4E []
  12. « Covid-19 : aux-Etats-Unis, les communautés afro-américaines particulièrement touchées par le coronavirus? », Sciences et Avenir, 8/04/20, URL : https://urlz.fr/co4J []
  13. « Racism, not genetics, explains why Covid-19 hits black and Asian people harder », Socialist Worker, 10/04/20, URL : https://urlz.fr/co4e []
  14. « On va mourir de ça » : comment les mal-logés sont piégés par le confinement, Le Monde, 10/04/20, URL : https://urlz.fr/co4U []
  15. «2.850 detenidos y unas 330.000 sanciones en tres semanas de estado de alarma », Público, 5/04/20), URL : https://urlz.fr/co5L []
  16. « Coronavirus en Seine-Saint-Denis : un nombre record d’amendes, police et justice durcissent le ton », Le Parisien, 19/03/20, URL : https://urlz.fr/c9AZ []
  17. « Coronavirus. À Mayotte, trois mois de prison pour non-respect du confinement et outrage à agents », Ouest France, 1/04/20, URL : https://urlz.fr/co5R []
  18. « Les Équipes Mobiles de Sécurité armées de matraques à Mayotte », Le Journal de Mayotte, 9/04/20, URL : https://lejournaldemayotte.yt/2020/04/09/les-equipes-mobiles-de-securite-armees-de-matraques-a-mayotte/ []
  19. «El Comité de los Derechos del Niño de NNUU advierte del grave impacto», 9/04/20, URL: https://urlz.fr/cokv []
  20. Coronavirus Covid-19 : appels au 17, le confinement augmente la tentation de délation », France3, 10/04/20, URL : https://urlz.fr/co64 []
  21. María Galindo, Desobediencia, por tu culpa voy a sobrevivir, Apocaelipsis, URL: https://urlz.fr/cx6J []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.