Panser le monde d’après

« Nous autres, civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles » — Paul Valéry, La crise de l’esprit, 1919.

Alors que la première phase (ou le pic) de la maladie à coronavirus 2019 semble s’achever dans le monde, le bilan provisoire s’avère spécialement lourd pour l’Europe. Sur les 240 000 décès dus au Covid-19 dans le monde, près de 60% ont concerné des Européen·nes (85% si on ajoute les Étatsunien·nes). Même si la manière de comptabiliser les cas et les décès varie fortement d’un pays à l’autre, il semblerait donc à ce stade que la pandémie a touché davantage les pays riches que les pauvres (cf. tableau des décès dans les pays classés par l’ONU comme étant les « moins développés »).

À l’intérieur même de l’ensemble européen, des différences importantes se dessinent selon les pays (cf. graphique). Les chercheur·es se penchent déjà sur l’analyse de ces disparités territoriales, mais il faudra certainement attendre des mois voire des années pour saisir toute la complexité de cette maladie nouvelle. Pour l’heure, et plus que pour les autres continents, la Covid-19 et la façon dont les différents États européens l’ont affrontée, suscite un certain nombre de questionnements philosophiques que cet article se propose d’aborder succinctement.

Jeunisme et déni de la mort

S’agissant d’une maladie inconnue jusqu’alors, la Covid-19 a réveillé des peurs ancestrales, amplifiées par une couverture médiatique très anxiogène. La réaction de panique européenne elle touche principalement les adultes et entraine des complications et parfois le décès des personnes âgées, interroge sur le rapport à la mort, à la pathologie et au vieillissement de sociétés marquées à la fois par l’allongement de la vie de leurs populations et une survalorisation du corps jeune, mince et «beau». En France, entre le 1er mars et le 21 avril 2020, 89% des décès ont concerné des personnes âgées de plus de 65 ans (dont 71% de plus de 75 ans)1.

Or, l’Europe est l’une des régions les plus âgées du monde : en 2016, plus de 19,2% des Européen·nes étaient âgés de 65 ans ou plus2. Ce phénomène est tout d’abord dû à l’allongement régulier et continu de l’espérance de vie des populations européennes depuis le début du 20e siècle. Ainsi, en France, celle-ci aurait connu une hausse de 65%. Et le plus important et positif est que ce phénomène s’est accompagné d’un allongement de la durée de vie en bonne santé.

Le corolaire de cette évolution démographique majeure est le vieillissement de la population qui en Europe s’est accusé avec le temps, faisant du continent l’une des régions les plus âgées du monde. Cependant, on observe de sensibles différences entre les pays. Un premier groupe d’États compte plus d’un cinquième de personnes âgées dans sa population en 2016 : l’Italie (22%), la Grèce (21,3%), l’Allemagne (21,1%), le Portugal (20,7%), la Finlande (20,5%) et la Bulgarie (20,4%). Un deuxième bloc réunit des pays dont la population âgée s’étend sur une fourchette allant de 17 à 20% du total démographique. Parmi eux : la Suède (19,8%), la France et le Danemark (18,8%), l’Espagne (18,7%), les Pays-Bas et la Belgique (18,2%) ainsi que le Royaume-Uni (17,9%). Quelques pays enfin, connaissent des taux égaux ou inférieurs à 16% : la Pologne (16%), la Slovaquie, le Luxembourg et l’Irlande (13,2%)3.

Présenter ce constat ne relève pas du cynisme et encore moins d’un esprit eugéniste. L’évoquer permet de comprendre l’importance prise par le virus sur le continent et la peur de la contagion pour ses habitant·es. Cette frayeur légitime et compréhensible s’inscrit cependant dans un contexte social jeuniste qui discrimine par des critères d’âge. Le modèle social occidental pousse les individus – et tout particulièrement les femmes qui ont justement l’espérance de vie la plus longue – à rechercher la jeunesse éternelle. Pour cela, on les enjoint à être performants au travail, à manger « sain », à faire du sport et à faire appel, lorsqu’on a les moyens financiers, à toutes les techniques esthétiques et chirurgicales pour garder une apparence jeune. A contrario, la vieillesse – et la maladie – a une représentation négative et est associée à la sénilité, le fardeau, le déclin intellectuel et physique4. Derrière ces représentations, se dissimule la peur de la dépendance et in fine de la mort.

Vieillir dignement

Car l’allongement de la durée de la vie a eu également pour conséquence la nécessité d’une prise en charge spécifique pour les personnes très âgées et dépendantes. Cela a entrainé la création de centres dédiés à ces personnes, les maisons de retraite. En France, 7 000 établissements de ce type accueillent 800 000 pensionnaires dont la moyenne d’âge est de 85 ans. Cette prise en charge répond à des besoins spécifiques des familles qu’il ne s’agit pas ici de mettre en cause. Pour autant, il est nécessaire de s’interroger sur les implications sociales et humaines d’un tel système.

Différentes études, reportages et témoignages rendent compte d’une réalité très difficile dans ces établissements d’abord pour les résident·es et ensuite pour les personnels, souvent très engagés et voulant faire de leur mieux5. La question de la prise en charge des personnes âgées dépendantes et plus globalement de la fin de vie est un sujet majeur de notre société. La pandémie de Covid-19 nous rappelle cette urgence. Car si on ne peut que se féliciter des avancées en matière d’allongement de la durée de vie, il faut que celle-ci se fasse dans de bonnes conditions d’existence pour tous·tes.

Les personnes âgées dépendantes – tout comme les autres groupes sociaux fragilisés par le système capitaliste, raciste et sexiste – ne peuvent pas servir juste de caution de notre humanité. Il n’est pas humain de les considérer et de les traiter comme des sujets passifs et ne pas écouter voire nier leurs besoins et désirs. Dans la continuité de ce qui se passait avant la crise, les personnes d’âge avancé n’ont pas eu droit au chapitre durant cette crise sanitaire. On leur a interdit le seul bonheur pour beaucoup d’entre elles, à savoir la visite de leurs proches, y compris lorsqu’elles étaient déjà atteintes par la maladie et en fin de vie. Il ne s’agit pas critiquer les choix – très différents d’ailleurs selon les EHPAD – des personnels, mais de pointer un système qui déshumanise les personnes âgées comme d’autres groupes subalternes, au profit des choix et des décisions des dominants. Le gouvernement français ne lance une opération de dépistage de la Covid-19 dans les EHPAD qu’au début du mois d’avril, lorsque la maladie avait déjà des mois de diffusion sur le territoire. Cette mesure ne s’est jamais appliquée partout et souvent elle n’a concerné les personnes qui présentaient des symptômes mais pas les autres. Au total, près de 40% des décès dus à la maladie à coronavirus ont concerné les résident·es des EHPAD.

La foi dans la science

Sous couvert de protection, on a légitimé la déshumanisation de ces personnes âgées, cantonnées dans des espaces barricadés et sans vie. La psychologue Marie de Hennezel qui a beaucoup travaillé sur les questions de l’âge et de la fin de vie parle de « folie hygiéniste »6. Pour elle, on a préféré protéger la vie des personnes âgées dans les EHPAD sans tenir compte de leurs désirs et sans respecter leurs droits fondamentaux. Elle plaide donc pour un rétablissement de la dimension humaine dans ces établissements et plus globalement dans toute la société.

La préoccupation hygiéniste n’est pas un phénomène nouveau. Elle est présente dans le monde occidental depuis l’époque moderne et elle s’accentue au cours du 19e siècle. L’hygiénisme accompagne donc l’histoire de la médecine depuis l’époque du scientisme. Comme le note le philosophe Santiago Castro-Gómez, la foi dans la science et tout particulièrement dans la médecine est concomitante avec le processus de sécularisation des sociétés occidentales7.

Les médecins ont remplacé les prêtres d’antan comme on le voit avec le cas des figures scientifiques très médiatisées durant la crise sanitaire : Didier Raoult et Jean-François Delfraissy en France, Anders Tegnell en Suède, Fernando Simón Soria en Espagne ou Chris Whitty au Royaume-Uni. Ces hommes, épidémiologistes et chefs de grandes unités médicales, jouent un rôle prépondérant durant ce temps de Covid-19. On voit cependant que bien qu’ayant la même spécialité, ils ont des points de vue différents voire opposés. C’est la caractéristique même de la science occidentale dont le fonctionnement consiste à avancer des hypothèses qui doivent ensuite être validées et rectifiées par l’expérimentation. Les hypothèses se font depuis un point de vue situé qui en l’occurrence répond à des traditions scientifiques et culturelles différentes ainsi qu’à des intérêts économiques et de pouvoir différents. Il ne faut pas perdre de vue que ces hommes ne se battent pas seulement contre la maladie mais aussi pour légitimer leur autorité scientifique – voire médiatique –, assurer les crédits accordés à la recherche et leurs laboratoires, tout cela en composant avec les intérêts de l’industrie pharmaceutique. C’est la raison pour laquelle porter un regard critique sur ce fonctionnement de pouvoir ne signifie pas naïveté ni irresponsabilité. Cela relève du bon sens car nous sommes tous·tes des acteur·rices de la santé.

Penser la santé globalement

Et nous avons tous·tes des savoirs sanitaires, à commencer par la connaissance de notre propre état de bienêtre et des actions thérapeutiques qui nous soulagent et nous font aller mieux. Cela ne veut pas dire que nous pouvons ou devons nous passer de la médecine mais que celle-ci n’est pas toujours efficace à 100%, ni infaillible. C’est donc la combinaison de différents facteurs qui participe à la guérison et notre savoir en fait partie.

La peur de l’épidémie et la mise en place des mesures de confinement – jamais recommandé par l’OMS d’après sa porte-parole8 – ont eu pour effet de renforcer l’individualisme des sociétés capitalistes et libérales. Elles ont mis également en évidence les différences sociales, en termes de classe, de race, de genre et de capacitisme. Les personnes les plus favorisées ont pu se confiner en sécurité et dans de bonnes conditions de séjour (parfois même dans leurs résidences familiales ou secondaires avec un petit air de vacances). Elles ont pu bénéficier d’une pause d’activité ou télétravailler en continuant à recevoir leurs salaires ou revenus mensuels. En revanche, pour les populations précarisées, la situation a été toute autre. Beaucoup de familles se sont trouvées confinées dans des appartements exigus et/ou mal adaptés à la vie en confinement. Souvent les adultes salariés de ces familles ont continué à travailler. Pour d’autres, les revenus se sont fortement réduits par le chômage partiel ou complet. Et la situation des personnes exerçant des emplois précaires – notamment racisées – a été encore plus délicate. Les aides ponctuelles de quelques centaines d’euros prévues par certains gouvernements – qui contrastent avec le déblocage rapide d’une aide de 7 milliards d’euros pour Air France et de 5 milliards pour PSA – ne suffiront pas pour pallier la précarité9.

D’autres effets moins visibles du confinement doivent également être pris en compte. C’est le cas notamment des violences intrafamiliales dont le nombre a fortement augmenté depuis le début du confinement. Ainsi, la proportion des violences conjugales a connu une hausse de 21% tandis que le nombre d’appels au numéro « Enfance en danger » a cru de plus de 89% durant le premier mois du confinement10. Les enfants – notamment ceux des villes et des quartiers populaires – ont subi de plein fouet les effets des mesures de confinement strict. En Espagne, ils ont été tout simplement interdits de sortie durant 43 jours. Face à la mobilisation de parents qui constataient les effets néfastes d’un traitement aussi violent pour leurs enfants, le gouvernement les a autorisé à sortir une heure par jour. Les psychologues et les pédiatres craignent que les plus jeunes et fragiles développent des dépressions et des syndromes de stress post-traumatique11. Tous les pays européens n’ont d’ailleurs pas fait le même choix en la matière. Dans le cas des pays du Nord, l’attention aux besoins des enfants étant traditionnellement plus accusée, les crèches et les écoles n’ont pas été fermées (Suède) ou elles ont réouvert dès la levée du confinement (Danemark, Norvège, Finlande, Islande).

Santé collective et responsabilité individuelle

Ces différences d’attitude face à la pandémie s’expliquent par des contextes historiques et géographiques différents. On observe ainsi que la France et l’Espagne ont renoué avec des traditions plus autoritaires que celles des pays du nord qui fonctionnent davantage sur le modèle de la sociale démocratie. Dans cette région d’Europe, on a davantage mobilisé l’esprit de responsabilité des habitant·es au lieu de sacrifier drastiquement leurs droits individuels.

 « Il va falloir nous habituer à vivre avec le virus » clament tous les spécialistes à commencer par l’OMS. Cette crise sanitaire et sociale d’une forme jamais vue, nous invite à penser la santé de manière globale. Cela veut dire soupeser tous les éléments en jeu et prendre des décisions qui bénéficient non seulement au plus grand nombre mais aussi et surtout aux personnes les plus fragilisées par des systèmes sociaux qui dans beaucoup de pays restent très inégalitaires. La santé est un enjeu majeur de la lutte contre les oppressions et la colonialité sous toutes ses formes. Et elle ne se réduit pas à l’accès à un hypothétique vaccin miraculeux. Elle passe par l’accès aux droits fondamentaux que sont une alimentation de qualité, un logement digne ou le droit d’être assisté médicalement avec attention et bienveillance quelle que soit la condition sociale de la patientèle.

Dans le cas de la maladie à coronavirus, il est plus que jamais nécessaire de ne pas céder à la panique et savoir raison garder. Notre premier devoir collectif est de nous informer, d’évaluer la situation et de prendre des décisions qui seront de toutes les manières, aléatoires et perfectibles. Un exemple de cela apparait dans le vent de panique suscité par la nouvelle de l’identification au Royaume-Uni puis en France, d’enfants présentant des syndromes inflammatoires faisant penser à la maladie de Kawasaki. Cette maladie, certes grave, est extrêmement rare, très bien guérie et son taux de mortalité est extrêmement bas. Elle est de plus saisonnière et présente d’avril à juillet12. Bref, rien d’extraordinaire par rapport à la situation habituelle n’a été prouvé, ni même un lien avec le coronavirus, et pourtant une inquiétude démesurée s’est emparée des Européen·nes lors de l’annonce de cette information.

En dernière instance, il ne faut surtout pas oublier que nous sommes des humain·es et que le risque zéro n’existe pas. À moins de rester chez soi jusqu’à la fin de ses jours, nous serons exposés à notre finitude. Plus que nous enfermer dans nos angoisses paralysantes, mettons plutôt en action notre résilience, notre créativité et les formes de solidarité pour une meilleure santé pour TOUS·TES, quelle que soit notre classe, notre race, notre genre et nos capacités physiques et mentales.

Cite this article as: Lissell Quiroz, « Panser le monde d’après » in Perspectives décoloniales d’Abya Yala, 5/05/20, http://decolonial.hypotheses.org/?p=1788

  1. « Distribution des personnes décédées du coronavirus (COVID-19) en France du 1er mars au 21 avril 2020, selon la tranche d’âge », Statista, URL : https://fr.statista.com/statistiques/1104103/victimes-coronavirus-age-france/ []
  2. « Le vieillissement de la population et ses enjeux », Observatoire des territoires, 11/01/18, URL : https://www.observatoire-des-territoires.gouv.fr/observatoire-des-territoires/fr/le-vieillissement-de-la-population-et-ses-enjeux/ []
  3. Ibid. []
  4. Stéphane Adam, Sven Joubert et Pierre Missotten, « L’âgisme et le jeunisme : conséquences trop méconnues par les cliniciens et chercheurs ! », Revue de neuropsychologie, 2013/1, vol. 5, p. 4-8 []
  5. « Des conditions de travail en EHPAD vécues comme difficiles par des personnels très engagés », Les Dossiers de la DREES, n°5, sept. 2016, URL : https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/dd05.pdf []
  6. « Cette prise de conscience brutale que nous sommes mortels change notre rapport à la mort », L’invité(e) des matins, France Culture, 27/04/20, URL : https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins/marie-de-hennezel-est-linvitee-des-matins []
  7. Santiago Castro-Gómez, La hybris del punto cero, ciencia, raza e ilustración en la Nueva Granada (1750-1816), Bogotá : Editorial Pontificia Universidad Javeriana, 2005. []
  8. « WHO backs Australian move to ease restrictions », The Sydney Morning Herald, 27/04/20, URL : https://www.smh.com.au/politics/federal/who-backs-australian-move-to-ease-restrictions-20200426-p54na9.html []
  9. « Aide de 200 euros aux jeunes précaires », Franceinfo, 4/05/20, URL : https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/aide-de-200-euros-aux-jeunes-precaires-c-est-un-premier-pas-mais-qui-n-est-pas-suffisant-selon-antoine-dulin-membre-du-cese_3948687.html []
  10. « Le confinement « peut engendrer des violences supplémentaires ou plus graves », Ouest France, 2/05/20, URL : https://www.ouest-france.fr/faits-divers/violences/entretien-le-confinement-peut-engendrer-des-violences-supplementaires-ou-plus-graves-6823172 []
  11. « Los psicólogos insisten: “Si se flexibiliza el estado de alarma, los niños deben ser los primeros en salir” », El País, 15/04/20, URL : https://elpais.com/elpais/2020/04/14/mamas_papas/1586856472_075125.html []
  12. « Doit-on s’inquiéter de la maladie de Kawasaki ?», France Culture, 1/05/20, URL : https://www.franceculture.fr/emissions/radiographies-du-coronavirus-la-chronique/radiographies-du-coronavirus-direct-du-vendredi-01-mai-2020 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.