L’agent orange : 60 ans de lutte contre un crime colonial en Asie du Sud Est

Les armes chimiques ont été utilisées sur les populations de l’Asie du sud-est depuis la Seconde guerre mondiale. Le cas le plus connu est celui de l’emploi des bombes incendiaires au napalm, utilisées durant la guerre d’Indochine par la France et du Vietnam par les États-Unis. En fait, le napalm n’a pas été la seule arme chimique déversée sur cette région.

L’agent orange a été le produit toxique le plus employé par l’armée étatsunienne durant la guerre du Vietnam (1955-1975). On estime qu’il a fait près de 5 millions de victimes. Et un demi-siècle plus tard, les conséquences de l’utilisation de cette arme chimique sont encore dévastatrices pour la population et l’environnement en Asie du sud-est.

Le 25 janvier 2021 s’ouvrira un procès au Tribunal de Grande Instance d’Évry, en banlieue parisienne, à la suite de la plainte de la franco-vietnamienne Tran To Nga. Elle est l’une des millions de victimes de l’agent orange qui demandent justice et réparation pour les préjudices subis. Les accusées sont 19 entreprises de la pétrochimie, dont Dow Chemical (qui a aussi fourni le napalm à l’armée étatsunienne) et Bayer-Monsanto. L’enjeu de ce procès est de faire reconnaitre qu’il existe un lien de cause à effet entre l’exposition à l’agent orange épandu par l’armée étatsunienne et toutes les maladies qui ont été développées à la fois par les militaires étatsuniens, mais aussi et surtout par les Vietnamien·nes résidant sur place.

Source: La Relève et la Peste.

Qu’est-ce que l’agent orange?

L’« agent orange » est le surnom donné à un défoliant, c’est-à-dire un herbicide qui a pour effet de faire tomber les feuilles des arbres et qui finit de ce fait par les tuer. En raison de son taux élevé de dioxines, il est extrêmement toxique pour les plantes mais aussi pour les êtres humains. Il provoque des maladies incurables, des malformations et des cancers. De plus, il ne se dégrade que très lentement ce qui fait que le produit reste présent dans les corps et dans la nature des années durant.

Des Vietnamien·nes vivant dans les années 1960 en portent encore des traces dans leurs corps, soit 60 ans après leur exposition au produit. On estime que 20% des forêts tropicales vietnamiennes ont été contaminées ou détruites par les épandages de ce poison. Des sols, des lacs et des cours d’eau en sont toujours contaminés.

L’ « agent orange » a été créé par l’entreprise étatsunienne Monsanto qui a conçu une formule spéciale pour l’armée des États-Unis au début des années 1960. Cependant, les compagnies chimiques qui ont produit le poison sont nombreuses. Elles étaient encore 37 en 2004 même si leur nombre diminue avec le temps à cause des fusions, des changements de nom, des rachats, etc. Les principales sont Dow Chemical et Monsanto (aujourd’hui rachetée par Bayer).

L’agent orange fut le produit le plus employé par l’armée des États-Unis lors de la guerre du Vietnam entre 1961 et 1971. Il fut employé également au Cambodge et au Laos, ainsi qu’en Corée. Le produit était répandu principalement par avion au-dessus des forêts ou sur des cultures vivrières. Au Laos et au Cambodge, l’épandage d’agent orange a atteint le niveau des bombardements de toute la Seconde guerre mondiale. Au Vietnam, il a été plus de trois fois supérieur. Ces actions dont les conséquences sont désastreuses pour les populations qui y vivent ainsi que pour la flore et la faune de ces pays, n’ont jamais été punies ni réparées.

Les victimes réclament pourtant justice. C’est le cas de Tran To Nga, une journaliste vietnamienne de 78 ans, qui fut contaminée à cette époque. Elle milite pour la reconnaissance de l’écocide, c’est-à-dire la destruction permanente et irrémédiable d’un espace biologique et des personnes qui y habitent. En 2014, Tran To Nga a déposé une plainte au TGI d’Evry (Essonne) contre les 26 firmes qui ont commercialisé l’agent orange.

Son histoire tout comme celle de millions d’autres personnes, ainsi que des ravages de l’agent orange sur la nature du sud-est asiatique, illustrent les notions de colonialité de l’être et de la nature.

D’un côté, ces actes destructeurs s’appuient sur l’idée que la nature, les sols, la végétation et les animaux doivent être subordonnés aux humains, dans une logique de pillage et d’exploitation. De l’autre, l’histoire de l’agent orange montre que les populations du monde n’ont pas toutes la même valeur. Les dizaines de milliers de litres de poison déversés sur les Vietnamien·nes ne sont pas le fruit d’une erreur ou de la méconnaissance de la dangerosité du produit. Comme on le verra dans cet épisode, cela vient du fait qu’ils n’étaient pas vu·es comme des humain·es à part entière.

Trois décennies de guerres anticoloniales

Pour comprendre un peu mieux les enjeux de cette histoire, il faut remonter dans le temps, jusqu’au 19e siècle. À cette époque, des dizaines de peuples autochtones de la péninsule indochinoise ont leur propre organisation politique, parfois au sein de royaumes, comme celui du Laos ou du Cambodge. Les puissances coloniales se disputent ces territoires. La domination de la France dans la région qu’elle appelle l’Indochine et qui correspond aux actuels Viêt Nam, Cambodge et Laos, commence en 1858 et durera un siècle. Durant toute cette période, les Français ne sont pas très nombreux sur place. Cependant, ils exploitent de nombreuses matières premières (comme le caoutchouc, les minerais ou le riz).

Durant la Seconde guerre mondiale, l’Indochine est occupée par l’empire du Japon. Cette occupation montre aux Vietnamien·nes la faiblesse de l’administration coloniale française qui se retrouve complètement désorganisée. Parallèlement, les idées communistes qui visent à améliorer le sort des paysans pauvres, se diffusent dans toute l’Asie orientale. Dans ce contexte, des partis et des guérillas communistes se constituent et s’engagent dans la lutte anticoloniale.

Au Vietnam, le chef du parti communiste (appelé Viêt Minh) est Hô Chi Minh. Fils de lettrés-fonctionnaires, Hô Chi Minh ne passe pas par l’université. Il est un autodidacte qui exerce des emplois subalternes, c’est-à-dire peu rémunérés et mal considérés. Des voyages dans de nombreux pays, en Europe, en Afrique, en Chine, en URSS et aux États-Unis sont pour lui autant d’espaces de formation. Lors de ces séjours, il fait des rencontres qui lui permettent d’élaborer et d’affiner sa pensée révolutionnaire et anticolonialiste. De retour dans son pays, Hô Chi Minh déclare l’indépendance de la République démocratique du Viêt Nam le 2 septembre 1945. Il met en place une réforme agraire, c’est-à-dire qu’il distribue des terres aux paysan·nes, confisque des terres de colons français et réduit les impôts et dettes qui pèsent sur la paysannerie vietnamienne.

Source: Le Courrier du Vietnam.

Dans un premier temps, Hô Chi Minh souhaite une décolonisation pacifique, avec une coopération économique et culturelle entre le Vietnam et la France. Mais cette dernière est hostile à un accord avec un indigène, communiste de surcroit. L’État français ne veut pas perdre l’Indochine et va donc justifier la guerre contre les forces anticoloniales en utilisant l’argument à la mode à cette époque, la lutte contre le communisme.

Cet argument autorise toutes les interventions coloniales et impérialistes des Occidentaux jusqu’aux années 1980. C’est pourquoi la France reçoit une aide financière des États-Unis (qui couvrent jusqu’à 78% du cout de la guerre en 1954).

En dépit de cela, la mobilisation des Vietnamien·nes est plus forte. Hô Chi Minh reçoit l’aide chinoise et ses troupes développent une guerre dite de guérilla, où les combattant·es se fondent dans la masse selon les termes de Mao Zedong, comme « des poissons dans l’eau », que ce soit dans les villes, les campagnes, les forêts tropicales ou les montagnes. Iels vivent dans la clandestinité, sont extrêmement mobiles et organisé·es et iels bénéficient bien souvent du soutien de la population.

Cette stratégie développée par les peuples opprimés depuis des siècles est un succès au Vietnam. En 1954, Hô Chi Minh inflige une cuisante défaite à l’armée française lors de la bataille de Diên Piên Phu. Cette dernière met fin à la présence française en Indochine. Mais elle intensifie l’installation des troupes étatsuniennes au Viêt Nam.

Dès le début de la guerre froide qui oppose les États-Unis à l’Union Soviétique, le gouvernement étatsunien déplore l’incapacité des Français à gérer les affaires indochinoises. Durant la bataille de Diên Biên Phu de 1954, plusieurs membres de l’armée étatsunienne veulent intervenir pour aider la France.

Ils ne le font finalement pas mais l’idée fait son chemin. Elle sera motivée par la théorie des dominos qui considère que les Occidentaux doivent intervenir dans tous les foyers communistes pour éviter la propagation de cette idéologie comme lorsque les dominos tombent les uns sur les autres.

Les États-Unis soutiennent les mouvements contre-révolutionnaires de l’Asie du sud-est tandis que l’URSS et la Chine aident le camp adverse. Tout ceci ne favorise pas la paix dans la péninsule indochinoise.

Le Vietnam s’engage dans une guerre fratricide entre le Nord dirigé par Hô Chi Minh et le Sud, soutenu par les États-Unis.

Parallèlement, des mouvements communistes et anticoloniaux se constituent dans le sud. Ils emploient les mêmes formes d’action que dans le nord, mettant à profit leur excellente connaissance du terrain. On les appelle Viêt-Congs et ils se cachent surtout dans les forêts tropicales du sud.

Ces révolutionnaires se meuvent dans ces espaces comme des poissons dans l’eau avec l’appui des communautés villageoises. Cette forme de guerre met à mal l’arsenal de guerre classique des puissances occidentales, trop lourd, peu mobile et très facilement repérable. C’est pourquoi les Étatsuniens ne parviennent pas à vaincre leurs ennemis. Bien au contraire, ils accusent des revers humiliants qu’ils ont du mal à accepter.

Dans ce contexte, ils renforcent leur présence dans la péninsule indochinoise et notamment au Vietnam dans les années qui suivent le départ de la France. Les États-Unis construisent 46 bases aériennes et 11 bases navales dans le Sud Viêt Nam.

En 1960, le nombre de bases était passé à 67 alors que plus de 2000 opérations de « ratissage » étaient menées contre les communistes et le Front national de libération du Sud Viêt Nam qui venait d’être créé.

Le 20 janvier 1961, le président des États-Unis, John F. Kennedy, nouvellement élu, confirme l’interventionnisme de son pays au Vietnam. L’armée étatsunienne passe ainsi de 170 000 à 270 000 hommes, soit une augmentation de 100 000 hommes en quelques années. En novembre 1961, Kennedy signe le National Security Action Memorandum 115 autorisant l’utilisation de défoliants. L’objectif est de détruire les cachettes privilégiées des révolutionnaires vietnamiens pour mieux les cerner et les vaincre. En versant des litres de défoliant, les Étatsuniens créaient des zones dites blanches qui leur permettaient de découvrir les campements vietnamiens.

Source: Wikipedia.

Génocide et écocide

Durant la guerre froide, les États-Unis adoptent les mêmes logiques coloniales que les autres puissances européennes. Ils se considèrent supérieurs aux Vietnamien·nes, surtout à ceux qu’ils identifient comme communistes (les Vietminh et les Viêt-Cong).

C’est ce qu’explique très bien Dave Tuck qui part à 25 ans au Vietnam, de janvier 1966 à février 1967. En tant que Noir, il ne pensait pas que cette guerre pourrait être teintée de racisme. Et pourtant, c’est tout l’inverse qu’il découvre :

« Lors d’un combat sérieux, le commandant de l’unité, le lieutenant-colonel Jackson, nous harangua en ces termes : « Je veux que vous frappiez ces Vietnamiens si durement que je voie cette terre inondée de sang vietnamien ». Nous étions tous surpris parce qu’on pensait qu’il fallait bien faire une distinction entre le peuple vietnamien et les Vietcong. Après tout, nous étions censés être là pour protéger le peuple vietnamien contre les Vietcong et contre le communisme qui l’empêchait d’être libre… Mais les officiers appelaient tous les Vietnamiens les gooks (terme péjoratif et insultant) et nous disaient qu’ils étaient tous des sales types et que les seuls bons Vietnamiens étaient ceux qui étaient morts. »

Gisèle Halimi, «Les Américains témoignent», Le Monde, 11/01/68.

Cette déshumanisation des êtres humains est ce que l’on appelle la colonialité de l’être et on retrouve le même mécanisme dans tous les génocides de l’histoire. La colonialité de l’être se manifeste par la déshumanisation d’un groupe humain qui sert à justifier son extermination directe ou indirecte.

Dans le cas de l’agent orange, durant plus de 10 ans, l’armée étatsunienne déverse 80 millions de litres de cet herbicide toxique sur les forêts, les cultures vivrières et les villages du sud du Vietnam, sans que cela ne choque la communauté internationale.

Selon le collectif Vietnam-Dioxine, depuis une soixantaine d’années, 4,8 millions de personnes auraient été directement exposées à l’agent orange, parmi lesquelles des centaines de milliers d’enfants. De fait, la dioxine contenue dans l’agent orange reste dans les corps, les plantes et la terre durant deux voire trois générations. C’est pourquoi des enfants continuent à naitre avec des malformations sévères et le taux des personnes atteintes par le cancer est élevé dans la région.

Au total, la guerre du Viêt Nam a fait 5 millions de morts dont 1 million de militaires et 4 millions de civils. On assiste donc à un véritable génocide puisque pour chaque soldat étatsunien mort, 100 Vietnamien·nes furent tué·es, dont 80% de civils. À cela s’ajoutent plus de 10 millions de personnes déplacées et 1,5 million d’exilé·es (connus sous le nom de boat people) qui fuient le Vietnam et dont des milliers ont péri en mer.

Les conséquences dramatiques de cette guerre d’extermination sont donc nombreuses et marquent encore la vie de millions de personnes. Ainsi des mines terrestres truffent encore les sols du Viêt Nam. Il s’agit de charges explosives cachées sous le sol et qui peuvent exploser à n’importe quel moment. D’après le ministère de la Défense vietnamien, les mines occupent un territoire d’une superficie de 6,6 millions d’hectares (l’équivalent à plus de 2 fois la taille de la Belgique). Au Vietnam, elles ont déjà fait plus 100 000 victimes (dont 42 000 morts).

Face à cela des Vietnamien·nes résistent et se battent pour obtenir réparation face aux nombreux préjudices subis, par l’agent orange tout particulièrement. C’est le cas de l’Association vietnamienne des victimes de l’agent orange/dioxine et du collectif Vietnam Dioxine qui militent pour la reconnaissance de ces génocide et écocide.

Ils souhaitent obtenir réparation comme dans le cas des vétérans étatsuniens de la Guerre du Vietnam. Néanmoins, la justice ne les soutient pas et se place du côté des dominants notamment du gouvernement des États-Unis qui bénéficie d’une immunité pour les actes commis en temps de guerre. Cela empêche toute procédure contre lui sur le territoire étatsunien.

Pourtant le gouvernement ne pouvait pas ne pas connaitre la dangerosité de l’agent orange, et ce bien avant le début de la guerre. En effet, en 1949, un produit dangereux, contenant de la dioxine, explose dans une usine de Monsanto. L’explosion provoque une maladie défigurant 228 ouvriers exposés.

Par la suite, en 1970, durant la guerre du Vietnam, un des composants de l’agent orange est interdit par l’Agence étatsunienne des produits alimentaires et médicamenteux.

De retour au pays, des vétérans étatsuniens de la Guerre du Vietnam constatent les effets néfastes sur leur santé et portent plainte contre Monsanto et six autres producteurs de l’agent orange. En 1984, Monsanto, Dow Cheminal et cinq autres entreprises signent un accord à l’amiable avec eux pour qu’ils arrêtent toute poursuite judiciaire. Les vétérans s’engagent également à ne plus jamais porter plainte contre aucune des entreprises concernées. En échange, ils reçoivent la somme de 180 millions de dollars.

Si cet accord a pu être négocié, c’est parce que les vétérans sont des citoyens étatsuniens. Tout autre est le cas des Vietnamien·nes qui n’ont jamais réussi ne serait-ce qu’à porter plainte auprès des tribunaux, vietnamiens, étatsuniens et internationaux. Cette affaire montre que le droit occidental n’est pas fait en réalité pour protéger les plus fragiles. Il est souvent utilisé pour exempter les puissants de leurs responsabilités.

Ainsi, en février 1994, soit presque 20 ans après la fin de la Guerre du Vietnam, le gouvernement étatsunien de Bill Clinton lève enfin l’embargo instauré contre le Vietnam après la guerre. Il pose néanmoins des conditions, notamment l’interdiction de toute réparation de guerre.

Les tribunaux étatsuniens appliquent depuis cette norme de manière stricte. Ainsi, en janvier 2004, l’Association vietnamienne des victimes de l’agent orange, en s’inspirant de la procédure des vétérans, présente un recours collectif aux États-Unis contre 11 fabricants du poison pour crime contre l’humanité et crime de guerre.

Les juges rejettent la plainte au motif que selon le droit international l’agent orange n’est pas un poison, et que sa commercialisation n’est pas interdite. Ainsi le droit ne sert pas la cause des victimes mais celle des puissants. C’est ce qu’on appelle du racisme structurel.

Il en va de même pour les instances internationales, en l’occurrence le Tribunal Pénal International qui est compétent en matière de génocide, crime contre l’humanité et crime de guerre. Pourtant, il ne juge que des personnes, pas des États. Par ailleurs, le TPI ne juge que les crimes commis à partir de la date de sa ratification, soit depuis 2002. Dans ces conditions, Tran To Nga est la seule à réunir les critères imposés par le droit pour pouvoir porter plainte. La principale est qu’elle est désormais une citoyenne française. Cela lui accorde le droit de saisir le tribunal le plus proche de son domicile, en l’occurrence celui d’Ivry.

Tran To Nga est un peu David qui affronte Goliath. Son procès mobilisera ses trois avocats bénévoles contre 38 confrères grassement payés par les firmes pharmaceutiques. Tran To Nga a écarté l’idée de négocier avec ces entreprises qui voulaient acheter son silence car elle souhaite une condamnation qui puisse servir de précédent pour ouvrir la voie à d’autres procédures juridiques pour les victimes asiatiques de l’agent orange.

Plus largement, son action témoigne de la capacité d’action des dominé·es qui, par leur constance et détermination, arrivent à trouver des brèches pour mener un combat difficile qui n’est pas seulement un objectif individuel, mais surtout collectif et planétaire. Car d’autres crimes de ce type existent à travers le monde. On peut citer l’empoisonnement massif de populations de Guadeloupe et de Martinique avec le pesticide chlordécone, ou encore l’impact humain et écologique ravageur des essais nucléaires de la France en Algérie, dans le Sahara, et en Polynésie.

Références :

Collectif Vietnam Dioxine

« Vietnam: l’agent orange, une bombe à retardement », France Info, 5/08/13.

« Vietnam: agent orange, procès d’une guerre chimique », RFI, 17/10/20.

Augustin Langlade, « Guerre du Vietnam : le combat des 4,8 millions de victimes de l’agent orange, un herbicide toxique », La Relève, 2/09/20.

Gisèle Halimi, « Des Américains témoignent », Le Monde, 11/01/68.

« Le dernier combat de Tran To Nga pour les victimes de l’agent orange », Podcast Présages, 25/09/20.

Alan Adelson & Kate Taverna « Agent orange, la dernière bataille », documentaire étatsunien, 2020.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.