La césarienne : un confort pour qui ?

« J’entendrai donc désormais, par opération césarienne, une incision de 6 ou 7 pouces de longueur, faite en plusieurs temps sur l’une des parties latérales de l’abdomen, pénétrant jusques dans la matrice […]. Après ces préliminaires, je fais placer la malade, comme dans l’accouchement contre nature, sur le lit de misère, au pied ou sur le bord du sien, les pieds appuyés sur deux chaises, les cuisses écartées, le coccyx à faux, le tronc suivant sa forme, de manière à ne pas gêner la respiration. Je lui laisse sa chemise et un mouchoir de cou ou fichu. Je me pourvois de vinaigre, de quelques eaux spiritueuses, de l’appareil nécessaire pendant et après l’opération, ensuite j’examine le ventre de la femme […]. Si les eaux ne sont pas écoulées, le premier aide quitte pour un instant sa position, pour me permettre de percer, avec le doigt, les membranes par le vagin ; si elles sont hautes, je me sers d’une spatule ; cette précaution est absolument nécessaire afin d’éviter l’inondation du ventre, lors de l’opération. […] Il n’est pas besoin de dire que de semblables précautions sont inutiles sur la femme morte »

Antoine Planchon, Traité complet de l’opération césarienne, Paris, 1801, p. 6-7.

La césarienne est une intervention chirurgicale inventée en Europe et qui permet d’extraire un enfant du ventre de sa mère par une coupure au niveau de l’abdomen et de l’utérus. Bien qu’elle soit connue depuis des siècles, la césarienne n’est devenue une alternative à la naissance naturelle que depuis les années 1970. Aux Etats-Unis, son taux y était alors de 5%. Et, dans le monde, vingt ans plus tard, en 1990, moins de 7% des accouchements se faisaient par césarienne. La grande transformation se produit en quelques décennies. Ainsi, entre 2000 et 2015, le taux de naissances par césarienne mondial a presque doublé pour atteindre une naissance sur cinq (The Lancet, 2018).

Pourquoi s’intéresser à cette histoire ? Parce que derrière l’image d’une technique progressiste et alliée des femmes, se cache une réalité plus complexe, rarement abordée dans la recherche et dans les médias. Tout d’abord, la césarienne bouleverse totalement les formes naturelles de la naissance, ce qui a des effets concrets pour les femmes, les bébés et les rapports entre les deux et leur entourage. D’autre part, parce qu’à travers l’histoire de la césarienne, on peut voir comment la médecine occidentale a pris le pouvoir sur les autres formes de mettre au monde, en imposant des logiques classistes, racistes et sexistes. En ce sens, la césarienne est plus qu’une avancée technologique, elle est une technique de discipline du corps des femmes et des bébés que le penseur Michel Foucault appelle un biopouvoir, autrement dit un pouvoir qui s’exerce sur la vie des personnes (Foucault, 1976).

Pour éviter tout malentendu, ce texte ne s’attaque pas à l’opération césarienne en tant que telle et encore moins aux femmes qui y ont eu recours. On n’envisage pas ici la césarienne comme un choix individuel mais avant tout comme un symptôme de l’hyper médicalisation de la naissance qui infériorise et anéantit les autres formes de naissance, notamment dans les pays du Sud. Cet épisode tente d’analyser les raisons profondes de cette évolution mondiale et ses effets sociaux et politiques.

La médecine démiurge

Le nom de la césarienne ne dérive pas de la naissance de Jules César comme on le croit souvent, mais du latin caesar, du verbe caedere qui veut dire « couper » ou « inciser ». Les historiennEs font remonter la césarienne à l’Antiquité. En réalité, les interventions sur les femmes enceintes n’existent pas comme nous les connaissons aujourd’hui.

“Naissance de César”, Faits des Romains, circa 1360.

Car avant l’avènement de la science moderne au 19e siècle, la césarienne est rarissime et presque toujours associée à une action surnaturelle. Dans les traditions égyptiennes, hébraïques, hindoues et perses, ce sont les héros et les princes qui naissent de cette manière. On intervient parfois, pour sortir le fœtus, lorsque la femme est morte. Dans la plupart des régions, jusqu’au début du 19e siècle, les opérations césariennes se font donc post mortem.

Extraction d’Asclépios de l’abdomen de sa mère Coronis par son père Apollon, gravure sur bois du De Re medica d’Alessandro Benedetti (1549). Source: Wikipedia.

En revanche, intervenir sur une femme vivante constitue un sacrilège, une violation du sacré (Laget, 1979, p. 178). Cela s’explique parce que l’incision de la matrice des femmes enceintes équivaut à les tuer. En effet, jusqu’au milieu du 20e, la césarienne se concluait presque toujours par la mort de la femme enceinte. À Paris, l’un des foyers de développement de l’obstétrique, pas une seule femme n’a survécu à la césarienne entre 1787 et 1876 (Laget, ibid.). La mortalité maternelle en lien avec la césarienne reste très importante jusqu’aux années 1980. Une étude suédoise portant sur les années 1973-1979, montre que la mortalité maternelle était 13 fois plus élevée que pour l’accouchement par voie basse (P. Moldin, KH Hokegård , TF Nielsen, 1984).

On omet souvent de dire, lorsqu’on fait l’histoire de la médecine, que la réduction de la mortalité liée aux césariennes, est le résultat de décennies d’expérimentations sur le corps des femmes. Tous les outils médicaux tels que les couteaux, les pinces, les forceps, le speculum et les produits chimiques ont été testés sur des femmes et notamment les plus vulnérables par leur niveau social.

Illustrations de divers instruments chirurgicaux de l’Encyclopédie iconographique des sciences, de la littérature et de l’Art, 1851. Source: Radio France.

Et au début, la césarienne est une opération extrêmement dangereuse, notamment par ses risques d’hémorragie et d’infection. Le médecin italien Edoardo Porro croit trouver la solution en 1876, en terminant la césarienne par une ablation de l’utérus. En d’autres termes, après une césarienne, les femmes devenaient stériles.

Un problème important de la césarienne est celui de suturer la plaie utérine. Les médecins ne savent pas coudre la plaie sans qu’elle s’infecte ou se déchire à nouveau. Entre 1769 et le début du 20e siècle, ils font différentes tentatives qui échouent pour la plupart. On ne connait pas le nombre exact des femmes dont les corps ont servi de laboratoire au perfectionnement de la technique opératoire de la césarienne. Ce que l’on sait en revanche, c’est qu’il faut attendre l’optimisation des antibiotiques au milieu du 20e siècle pour rompre la spirale mortelle des infections utérines.

En plus de tout cela, il y a la question de la douleur. Avant la mise au point de techniques spécifiques d’anesthésie, les médecins droguent les femmes. Dans la seconde moitié du 19e siècle, ils utilisent l’éther, le chloroforme, la morphine voire la cocaïne durant les accouchements. À partir de la fin du 19e siècle, les médecins commencent à tester l’injection de barbituriques qui endorment totalement les patientes. Mais les effets de ces drogues provoquent souvent l’ivresse des patientes voire le délire ou le coma. L’anesthésie péridurale, inventée en 1921 passe par plusieurs décennies d’expérimentation. Pour la doser correctement et ne pas endormir complètement les femmes, il a fallu tester le produit – d’abord de la cocaïne et ensuite des dérivés – sur les femmes enceintes.

La césarienne n’est pas une opération anodine

Même si des progrès considérables ont été réalisés depuis le 19e siècle, la césarienne n’est toujours pas une opération anodine. Elle comporte, des risques à court et long terme pour la mère et le bébé. Le personnel de santé n’informe pas souvent les patientes, contrairement à ce qui se passe pour les effets des accouchements par voie basse tels que la déchirure du périnée ou l’incontinence urinaire. Pourtant la césarienne, est une opération de chirurgie avec des risques et des complications possibles.

Dans quels cas est-elle préconisée ?

Rappelons tout d’abord que la grossesse n’est pas une maladie. La très grande majorité des personnes dotées d’organes reproducteurs féminins peuvent donc mettre au monde sans que cela constitue un danger pour elles ni pour leurs bébés. Cependant, dans certains cas, les grossesses présentent des risques particuliers, lorsque la personne enceinte soufre d’une maladie, lorsqu’elle porte plusieurs enfants dans son ventre ou que l’embryon ne se présente pas la tête en bas. En contexte d’équilibre social (hors cas de guerre ou de famine par exemple), les grossesses à risque sont de l’ordre de 10% à 15%. Donc, en principe dans 85% à 90% des cas, les accouchements peuvent se faire en dehors du cadre hospitalier, comme cela s’est durant des millénaires et se pratique toujours dans différentes sociétés du monde. Des milliards d’êtres humains sont souvent nés à domicile, avec l’aide des membres de la famille, de la communauté et d’accoucheuses, sans que cela nuise à leur santé.

La césarienne peut être utile dans les autres cas, à condition d’avoir des services hospitaliers accessibles et bien équipés, ce qui n’est pas le cas partout dans le monde. Même les médecins occidentaux s’accordent sur la nécessité de recourir à la césarienne seulement dans les 10% des grossesses à risque. L’OMS a réalisé une étude qui montre que les taux de césarienne supérieurs à 10% ne sont pas associés à une réduction du taux de mortalité maternelle ni des nouveau-nés (Déclaration de l’OMS sur les taux de césarienne, 2015).

Non seulement au-delà de ce taux de 10%, la césarienne ne réduit pas la mortalité, mais elle l’augmente y compris dans les pays occidentaux comme le montrent les travaux d’une équipe de chercheurs de l’Inserm, l’Université Paris Descartes, l’Université Paris Diderot et l’Université de Paris 13 d’avril 2019,

D’après cette étude, la césarienne élève le risque de faire une hémorragie du post-partum, d’infection de l’utérus nécessitant son ablation, de faire une autre opération, de mort du bébé, entre autres pathologies.

Après l’intervention, il faut procéder à la suture et la remise en place des organes. Les intestins peuvent se retrouver mal placés et collés à la paroi utérine, ce qui provoque des troubles digestifs comme les nausées et les vomissements, voire le blocage de l’intestin qu’on appelle occlusion intestinale. À plus long terme, les femmes ayant subi une césarienne ont plus de risques d’avoir des grossesses extra-utérines (c’est-à-dire que l’embryon se niche hors de l’utérus). La césarienne peut faire que lors d’une autre grossesse, le placenta s’insère dans paroi utérine ce qui augmente le risque de complications. Parfois, c’est l’utérus lui-même qui peut se déchirer ce qui peut entrainer la mort du nouveau-né. Pour toutes ces raisons, les femmes ayant subi une césarienne ont plus de probabilités d’être césarisées pour les accouchements postérieurs.

Une étude australienne a comparé les effets à long terme des accouchements avec et sans césarienne. Les ruptures utérines étaient douze fois plus fréquentes en cas d’antécédents de césarienne, et les ablations de l’utérus (ou hystérectomies) quatre fois plus fréquentes. Le risque d’hémorragie compliquée était accru par rapport à l’accouchement vaginal (Taylor LK, Simpson ,JM, Roberts CL, et al., 2005).

Les douleurs du post-partum sont intenses juste après l’accouchement. La femme doit rester alitée plusieurs heures après l’opération. La plupart des femmes se plaignent de tiraillements et de démangeaisons dans la région de la cicatrice. Ces douleurs peuvent durer plusieurs mois après l’accouchement.

La césarienne a des effets également sur l’enfant. Celui-ci joue un rôle fondamental dans la naissance. L’accouchement n’est pas un acte mécanique, il est le résultat d’un travail collaboratif entre la mère et son enfant. La césarienne bouleverse cette collaboration et son temps propre. Elle rend la femme et le bébé spectateurices de leur propre accouchement. La rupture avec le temps naturel de la naissance a des effets sur la rencontre et l’attachement au sein de cette dyade.

Lors de la césarienne, l’enfant est privé de sa capacité d’action et devient un objet manipulé par le personnel de santé. À ceci s’ajoute le fait que la césarienne impose la séparation de la mère et de son bébé. La mère doit être recousue et subir des soins sous anesthésie, ce qui l’empêche d’accueillir librement son enfant.

Plusieurs travaux scientifiques montrent le lien entre la césarienne et diverses maladies chez l’enfant, telles que l’obésité, les allergies et les maladies inflammatoires du système digestif. Ces phénomènes s’expliquent par plusieurs raisons. La principale est que la césarienne anéantit le mécanisme naturel de la naissance. Le travail d’accouchement naturel pousse le bébé à faire l’effort de naitre. Lors de sa traversée entre l’utérus et le vagin, il ingère les milliards de bactéries présentes dans la matrice de sa mère. Ce contact avec ce que les scientifiques appellent le microbiote intestinal permet à l’enfant de construire sa flore intestinale qui le protège contre les agressions et les virus présents dans l’environnement maternel. La césarienne empêche à jamais le nourrisson de faire ce bain de bactéries, ce qui le rend plus vulnérable à des pathologies plus ou moins bénignes que les enfants nés par voie basse.

Le risque de morbidité respiratoire du nouveau-né est plus élevé pour l’accouchement par césarienne élective que pour l’accouchement vaginal. En plus de cela, des études indiquent que l’accouchement par césarienne est associé à un risque accru d’asthme dans la petite enfance (T. M. Michelsen, S. Vangen &T. Henriksen, 2013). C’est pourquoi l’Organisation Mondiale de la Santé préconise la césarienne seulement en dernier recours:

« Depuis 1985, la communauté internationale de la santé considère que le taux de césarienne idéal se situe entre 10 % et 15%. Depuis cette époque, l’accouchement par césarienne est de plus en plus fréquemment réalisé aussi bien dans les pays développés que dans les pays en développement. Lorsqu’elle est médicalement justifiée, la césarienne peut prévenir efficacement la mortalité et la morbidité maternelles et périnatales. Toutefois, aucune donnée ne montre que l’accouchement par césarienne ait un effet bénéfique chez la femme ou le nourrisson lorsqu’il n’est pas nécessaire. Comme toute intervention chirurgicale, la césarienne est associée à des risques à court et à long termes pouvant perdurer plusieurs années après l’accouchement et affecter la santé de la femme et de son enfant ainsi que les grossesses ultérieures. Ces risques sont accrus chez les femmes ayant un accès limité à des soins obstétricaux complets.”

Déclaration de l’OMS, 2015.

L’explosion des opérations césariennes dans les pays du Sud

L’élévation du nombre de césariennes concerne presque tous les pays du monde, à commencer par les occidentaux. L’augmentation des opérations césariennes est assez récente : elle remonte aux années 1970. Aux Etats-Unis, le taux d’interventions était de 5% en 1970, il se situe à plus de 32% aujourd’hui, soit une multiplication par plus de 6. On observe une évolution semblable dans les autres pays occidentaux. En France, le taux de césarienne a plus que doublé entre 1970 et 1981 pour se stabiliser autour 20% aujourd’hui. D’une manière générale, les taux de césarienne des pays occidentaux ne dépassent pas le tiers des accouchements. Les pays du sud et de l’est de l’Europe connaissent des taux de césarienne élevés, alors que pays du nord ont les taux les plus bas d’Occident. Ils se situent autour de 15% pour la Norvège, l’Islande, les Pays-Bas, la Suède et la Finlande.

Source: ScienceLu.fr, 2018.

L’explosion des césariennes est vertigineuse dans les pays du Sud global, à tel point que l’OMS parle d’une épidémie de césariennes comme on l’entend dans une note d’Euronews de 2018.

Comme on l’entend dans le reportage, les pays du Sud dépassent très largement le taux de césariennes préconisé par la communauté médicale internationale. Mais certaines régions sont plus touchées que d’autres par ce phénomène. L’Amérique du sud est la région qui a le taux de césariennes le plus élevé au monde, autour de 45%. Dans trois pays latinoaméricains, plus de la moitié des bébés naissent par césarienne. Il s’agit de la République Dominicaine, pays au taux le plus haut du monde (58%), du Brésil (55,5%) et du Venezuela (52,4%). D’autres pays se ont des taux au-dessus de 40%, à savoir le Chili (46%), la Colombie (46%), le Paraguay (45,9%), l’Équateur (45,5%), le Mexique (45%) et même Cuba (40,4%). Certains pays du Moyen Orient connaissent aussi des taux très élevés. C’est le cas de la Turquie, Liban et Iran qui comptent des taux de césariennes allant de 46 % à 48 % des naissances. En Asie du Sud, les césariennes ont explosé entre 2000 et 2015, avec une moyenne de 6% d’augmentation par an. Et même en Afrique les changements sont assez rapides. Dans les années 1990, le taux de naissance par césarienne était de l’ordre de 1 % dans la plupart des pays d’Afrique centrale et d’Afrique de l’Ouest. Et il est resté stable durant une décennie, avant de commencer à augmenter dans les années 2000. Ainsi au Mali, le taux est passé de 1,7 % en 2006 à 2,9 % six ans plus tard ; au Burkina, de 0,7 % à 3,7 % ; et au Sénégal, de 3,5 % à 5,3 % (Le Monde, 2020).

La césarienne, un confort pour qui ?

Étant donné l’évolution mondiale qui vient d’être décrite, l’explosion des césariennes ne peut pas être analysée comme un choix individuel des femmes. Celles-ci ne sont pas responsables à titre individuel de fonctionnements globaux face auxquels elles n’ont pas de prise.

Le premier est que la césarienne est le reflet de l’hyper médicalisation de nos sociétés et de la naissance. En France, dans les années 1950, au temps du baby-boom, la moitié des femmes accouche à la maison. La grande migration vers les hôpitaux de produit dans les années 1960. Dans les pays d’Amérique du Sud, l’évolution se produit dans les années 1970-1980. L’arrivée massive des femmes dans les hôpitaux et les maternités suppose une adaptation du système de santé et des choix politiques. Ainsi, l’accouchement hospitalier suppose une naissance en ville, ce qui veut dire des trajets parfois très longs pour arriver à la maternité, ce qui augmente les risques pour les femmes enceintes et leurs bébés.

En ce sens, la naissance hospitalière ne peut pas être détachée des évolutions du capitalisme et du patriarcat. Celle-ci est celle de la productivité et de la réduction des coûts pour le bénéfice de certains. Un plateau technique, c’est-à-dire une salle de naissance équipée d’appareils très couteux, doit être rationalisée et rentabilisée. On ne peut pas recevoir plus de femmes que de lits ni la laisser vide des jours et des jours. Depuis une logique capitaliste, il est mieux d’organiser l’accueil, ce qui veut dire faire vite et de manière rentable. Or, ce fonctionnement est tout à fait antinomique avec le temps de la naissance : pour mettre au monde, les femmes ont besoin de sécurité pour déclencher le processus d’accouchement. Celui-ci peut durer de quelques minutes à plusieurs jours.

Dans le système médical moderne, l’accouchement a un coût relativement élevé. Accoucher en France coûte en moyenne 2500 euros en cas d’accouchement par voie basse et 4600 euros pour une césarienne. Une consultation coûte de 125 à 250 euros, les tests de dépistage environ 500 euros, une échographie de 150 à 300 euros. Au Mexique, où le salaire minimum est de 250 euros par mois, le forfait pour un accouchement naturel est de plus de 1000 euros alors que la césarienne coûte plus de 1600 euros avec trois nuits à l’hôpital (El País, 11/05/19).

Ces prix s’expliquent par la technicisation qui accompagne la prise en charge de la naissance, qu’il faut le répéter n’est pas une pathologie. L’équipement comme le bloc opératoire ou l’imagerie médicale ont un coût qui dépend de l’industrie médicale qui propose des machines de plus en plus complexes mais aussi plus chères, surtout pour les pays qui ne les produisent pas et doivent les importer. Il en va de même pour les produits chimiques intervenant dans l’anesthésie péridurale qui sont commercialisés par les grands laboratoires mondiaux. Ainsi le Naropeine qui est le produit le plus utilisé en France pour la péridurale, est fabriqué par le laboratoire Astrazeneca qui en fixe le prix («Arrêté du 23 février 2018 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques agréées à l’usage des collectivités et divers services publics»)

En réalité, l’hôpital n’a jamais été pensé pour le confort des femmes. Historiquement, il a été conçu pour mieux pour que les États puissent mieux les encadrer et contrôler la natalité. Aujourd’hui on sait que l’accouchement à domicile n’est pas plus dangereux que celui à l’hôpital. Pourtant, depuis le 19e siècle, les États occidentaux ont chassé et traqué les accoucheuses traditionnelles, au point de les faire disparaitre dans beaucoup de pays. En France, des barrières administratives font qu’il est presque impossible d’accoucher à domicile. Au Mexique, où le taux de césarienne est quatre fois supérieur aux préconisations de l’OMS, les accoucheuses traditionnelles sont en train de disparaitre par la pression étatique comme on peut l’entendre dans l’épisode #30 du podcast N’Autre Histoire.

Les études sociologiques sur césarienne révèlent qu’il existe un plus fort pourcentage de césariennes en fonction de l’origine raciale et ethnique des accouchées. Différentes études étatsuniennes montrent que le taux de césariennes est plus élevé chez les femmes noires que chez les blanches (35% pour les femmes noires contre 30% pour les blanches). En France, la chercheuse Priscille Sauvegrain (2012) observe le même phénomène concernant les Africaines en Ile-de-France. Cela vient notamment de l’idée que le bassin des femmes noires est plus étroit que celui des femmes blanches. De plus, en France, la césarienne n’est pas un indicateur d’un niveau social élevé, elle reste associée à une complication.

En revanche, au Brésil, la césarienne a la préférence des classes sociales dominantes qui boudent le système de santé public et se soignent dans des cliniques privées. Accoucher à l’occidentale, dans un plateau technique le plus moderne possible et avec la présence d’un obstétricien est devenu le nec plus ultra de la naissance pour les élites brésiliennes et sudaméricaines. La césarienne y est synonyme de modernité et de distinction par rapport aux classes populaires (surtout noires) qui accouchent à l’hôpital public. Dans le privé en effet, près de 90% des accouchements se font par césarienne.

Dans certains pays, la résistance à la césarienne vient de son association avec des politiques eugénistes voire génocidaires. C’est le cas des stérilisations sans consentement à Puerto Rico dans les années 1970-1980, au Canada ou au Pérou par exemple.

Dans ce dernier pays où plus de 300 000 femmes autochtones ont été stérilisées sans leur consentement entre 1996 et 2000, le personnel de santé a profité dans beaucoup de cas des césariennes pour ligaturer les trompes. C’est ce qui est arrivé à Nilda Rojas Martínez, femme shipibo konibo, un peuple amazonien. En 1999, elle a dû être hospitalisée pour hypertension et a subi une césarienne, suivi d’une ligature des trompes comme elle le raconte dans ce reportage :

Depuis la seconde moitié du 19e siècle, la corporation médicale moderne a été utilisée par les États nations en construction pour faire la chasse aux médecines dites traditionnelles, accusées d’être de la charlatanerie et de l’escroquerie. Naitre à la maison est devenu non seulement obsolète mais c’est présenté comme dangereux. Les spécialistes de la santé au premier rang desquels se trouvaient des femmes, ont été accusés de sorcellerie et de mauvaises pratiques. Ce discours colonial s’est exporté dans tous les continents du monde, au point que la naissance hospitalière est devenue le modèle dominant. Les gynécologues et les obstétriciens ont pris la place des guérisseuses et des accoucheuses. En un siècle, ils ont réussi à imposer leur pouvoir, à force de discours glorificateurs et de propagande en leur faveur. On a valorisé leur notabilité et leur savoir académique comme gage de leur compétence en matière de naissance. Alors qu’au 19e siècle, les femmes avaient confiance dans les femmes de leur entourage et préféraient mettre au monde avec elles, aujourd’hui beaucoup se trouvent beaucoup plus en sécurité avec les médecins. Si la césarienne est une opération de confort, ce n’est pas pour les femmes, c’est plutôt pour l’hôpital et ses praticiens. C’est pour eux que les femmes accouchent allongées les pieds sur des étriers. C’est pour leur confort qu’il faut les anesthésier pour qu’elles ne bougent pas et ne fassent pas trop de bruit. Si beaucoup de médecins sont conscients des changements politiques qu’entrainent les césariennes, d’autres veulent les étendre.

La plus grande différence entre le modèle de naissance dit traditionnel et celui de la médecine moderne occidentale, est que ce dernier réduit voire annihile le pouvoir des femmes et les rend passives. Alors que les guérisseuses traditionnelles accompagnent les femmes et les bébés dans leur travail de naissance, les médecins accouchent les femmes. Les femmes qui ont accouché dans des conditions de sécurité et soutenues par leur entourage, savent que la naissance est un espace d’empouvoirement, d’empuissancement féminin. La naissance est un moment révolutionnaire. Il permet la révolution, le renouvellement du cycle de la vie, la connexion entre la mère et son enfant mais aussi entre eux et leurs communautés, leurs ancêtres. C’est un espace du collectif qui place la femme au centre du système. En revanche, le modèle de l’accouchement hospitalier isole les femmes. Aucune maternité n’accepte la famille en dehors du conjoint de la personne qui accouche. Et dès qu’il y a la moindre opportunité, on isole totalement les femmes et les bébés, comme ce fut le cas durant la pandémie de covid-19. La conséquence de cette évolution est que les femmes ont perdu leur confiance en elles. Nombreuses nous sommes à penser que nous ne pouvons pas accoucher par nous-mêmes et qu’on a besoin de l’hôpital le plus sophistiqué pour notre bien et surtout celui de notre bébé. La médecine occidentale moderne a réussi, en un siècle, à faire que, tout en disant que la grossesse n’est pas une maladie, faire croire aux femmes qu’elles sont des malades en puissance. Cela se fait à travers des discours anxiogènes en direction des femmes (insistance sur la douleur, sur les risques, sur les maladies) et des techniques de discipline du corps (mesures, les examens, les échographies ou les touchers). Ce dispositif a pour effet d’apprendre aux femmes à obéir et d’intérioriser leur incapacité à mettre au monde. Et toutes les femmes qui s’opposent ou résistent à l’accouchement médicalisé, sont entravées voire poursuivies comme dans le cas de Noémie qui s’est vu enlever ses enfants par l’Etat car elle avait accouché à domicile (Ouest France, 14/06/22).

Références

  • Mireille Laget, « La césarienne ou la tentation de l’impossible, XVIIe et XVIIIe siècle », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 1979, 86-2, p. 177-189.
  • Lissell Quiroz, Mettre au monde. La maternité, enjeu de pouvoirs, PURH, 2022.
  • Michel Foucault, Histoire de la sexualité I. La volonté de savoir, Collection Tel (n° 248), Gallimard, 1994 [1976].
  • Priscille Sauvegrain, « La santé maternelle des « Africaines » en Île-de-France : racisation des patientes et trajectoires de soins », Revue européenne des migrations internationales 2012/2 (Vol. 28), p. 81-100.
  • Euronews, « “Epidémie” de césariennes dans le monde, le constat alarmant des gynécologues », 12/10/2018.
  • AFP, Le Brésil essaie de freiner son « épidémie » de césariennes, 25 avr. 2015.

Cite this article as: Lissell Quiroz, “La césarienne, un confort pour qui?” in Perspectives décoloniales d’Abya Yala, 22/06/22,https://decolonial.hypotheses.org/2341.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search