Séduction et colonialité

À propos de « séducteurs professionnels de touristes au Pérou » de Juliette Roguet

Cette recension est une réflexion critique inspirée par l’épisode du podcast de Victoire Tuaillon « Les couilles sur la table » n° 89 intitulé « Séducteurs professionnels », et publié le 7 décembre 2023. Rappelons que ce podcast une production féministe interrogeant les masculinités. Je précise d’emblée que la thèse de Juliette Roguet n’étant pas encore publiée, je n’ai pas eu accès à la totalité du travail. Celui-ci est cependant bien présenté dans le podcast et donne matière à l’analyse que je propose ici. J’ai par ailleurs consulté un article de l’autrice publié à la Revue du crieur (n°22, 2023/1), ainsi que son intervention dans un autre podcast « Fleur de cactus », du 19 décembre 2022.

Une autre précision importante est celle de mon lieu d’énonciation, celui à partir duquel j’ai écouté et analysé cet épisode. Nous avons toustes un lieu politique depuis lequel nous nous exprimons. Le mien est celui d’une Péruvienne, féministe décoloniale, enseignante-chercheuse en études latinoaméricaines et spécialiste de l’histoire du Pérou contemporain.

Une thèse à charge

Dans l’épisode des Couilles sur la table qui nous intéresse ici, la conceptrice du podcast a invité Juliette Roguet, qui a soutenu en 2021, une thèse au titre suggestif : « Jouir de l’exotisme. Sociologie des séducteurs professionnels de touristes au Pérou ». Dans ce travail, la chercheuse s’intéresse aux bricheros, des hommes racisés andins qui cherchent à établir des relations sentimentales avec des touristes blanches pour obtenir des bénéfices d’ordre économique ou administratif (des visas pour l’expatriation notamment). L’autrice les appelle « chasseurs de gringas », terme qui en espagnol désigne les femmes blanches et étrangères.

La thèse centrale de l’étude sociologique de Juliette Roguet est somme toute assez explicite : des hommes racisés andins – qui ne correspondent pas aux canons locaux de la beauté tel que le latin lover – séduisent des touristes occidentales en leur vendant des rêves mystiques liés à la culture andine et aux civilisations précolombiennes. Selon la sociologue, ces hommes sont des individus rusés et trompeurs. Ces chasseurs professionnels repèrent leurs proies – des jeunes femmes en quête d’altérité plus spirituelle que physique – et leur vendent ensuite un discours qui répond à des attentes d’ordre culturel. Ces hommes dit-elle, « sont bien renseignés, ils savent mobiliser tout un ensemble culturel, ils sont capables de parler de Baudelaire et de Pink Floyd ». D’après elle, beaucoup ont fait des études mais occupent des emplois précaires en tant que petits artisans (vendeurs de bijoux), guides touristiques, DJs voire dealers. Les bricheros ne chassent pas toutes les touristes, uniquement des jeunes femmes blanches en quête de mysticisme et d’«altérité thérapeutique».

Photo de: Atelier 7_04. Juliette Roguet (Université Sorbonne Nouvelle). Source: Youtube

D’après la sociologue française, les bricheros sont donc des manipulateurs professionnels qui fascinent leurs proies à travers un discours fabriqué sur mesure. Or, comme ce type de relation n’est pas érotisé d’emblée, étant donné que les femmes sont plus en quête de spiritualité que de sexualité, les bricheros doivent s’atteler à l’érotiser pour pouvoir ensuite la marchandiser. Le but ultime est de créer un espace d’échange économico-sexuel, selon l’expression de l’anthropologue italienne Paola Tabet qui est une référence centrale de la thèse de Juliette Roguet. Selon cette théoricienne italienne, en régime patriarcal, l’hétérosexualité fonctionne autour d’échanges inégalitaires. Les hommes créent une relation avec les femmes à travers une transaction économique : les hommes donnent des cadeaux, des biens matériels voire de l’argent en attendant un retour sur investissement. En acceptant l’échange, les femmes se retrouvent en situation de dépendance, au service des hommes. Le retour de l’échange au féminin, se fait à travers la sexualité.

Or, dans le cas des bricheros, les rôles de genre sont inversés. Les femmes blanches vont payer pour un échange sexuel mais le changement du sens et de la hiérarchie de l’échange (économique pour les femmes, sexuel pour les hommes) provoque, pour paraphraser Judith Butler, un trouble dans le genre. Dans le cas d’espèce, personne ne peut se vanter de ce bouleversement, de sorte que la négociation marchande ne peut être explicite.

Dans ces conditions, comment se marchandise la relation ? Juliette Roguet observe qu’elle se fait en culpabilisant les Blanches. Les bricheros mettent en avant leur précarité, leur manque de reconnaissance sociale et économique dans un pays raciste. Ils mobilisent des discours engagés, anticapitalistes, décoloniaux même nous dit la chercheuse, pour faire naître le sentiment de compassion et la volonté de compenser économiquement la détresse de ces hommes. Les touristes vont donc inviter, payer les frais, aider à prendre des visas voire se marier avec les bricheros en échange de ce qu’elles vivent comme une véritable romance.

Le contenu du travail de Juliette Roguet m’a interpelée sur deux points. En premier lieu, j’ai été gênée, lors de l’écoute, par le manichéisme de la présentation des deux groupes sociaux étudiés : les hommes racisés sont les méchants, et les femmes blanches les pauvres victimes. Le second point que je souhaite commenter ici se rapporte à la mauvaise compréhension du fonctionnement du racisme structurel au Pérou.

Toute recherche se fait depuis un point de vue situé

Concernant le premier volet, le problème vient, à mon sens, du manque d’explicitation du lieu d’énonciation de l’autrice de la thèse. Contrairement à ce que certain·es universitaires soutiennent, il n’existe pas de recherche neutre, objective et encore moins universelle. Toute recherche est produite depuis une localisation dans l’échelle du pouvoir. Dans la théorie décoloniale d’Abya Yala, nous appelons cela le lieu d’énonciation. Expliciter cette position est indispensable dan toute recherche car elle détermine les biais de lecture et d’analyse des faits sociaux étudiés. Selon qui l’on est et depuis le lieu politique dont on parle, on verra et analysera les choses d’une certaine manière, distincte de celle de quelqu’un·e ayant une autre lieu d’énonciation. La rigueur de la recherche suppose de ne pas nier cette localisation et surtout de ne pas en faire le seul lieu d’observation. La science occidentale moderne est construite de telle sorte que les chercheur·ses se considèrent souvent dans la tour centrale du panoptique de Bentham, en regardant les enquêté·es sans qu’iels sachent qu’iels sont observé·es. Se retrouver dans cette position est un privilège réservé aux Blanc·hes. Présenter en plus ce point de vue comme supérieur et universel est ce que le philosophe colombien Santiago Castro-Gómez appelle l’hybris du point zéro, la démesure des dominant·es.

Dans le cas de la recherche sur les bricheros, Juliette Roguet ne précise pas son lieu d’énonciation. Nous pouvons cependant constater qu’elle est une universitaire blanche travaillant sur le Pérou. Dans son article dans la Revue du crieur précédemment cité, elle dit seulement qu’elle est « partie intégrante de [son] étude ». De manière tout à fait compréhensible, on sent son empathie pour les touristes présentées comme les victimes des bricheros. Elles sont des femmes naïves qui ne veulent pas être considérées comme des touristes de masse, « des femmes de gauche », dit Juliette Roguet à deux reprises. Les auditeur·ices n’ont pas non plus beaucoup de précisions quant à l’origine sociale des touristes blanches. Nous pouvons cependant imaginer que ce sont pas n’importe quelles femmes. Elles bénéficient de privilèges de classe et de race. Il faut un certain capital économique pour faire un voyage au Pérou depuis l’Europe ou les Etats-Unis. Un billet d’avion Paris-Lima avoisine les 1000 euros, sans compter les frais liés au séjour et aux déplacements internes. L’entrée au site du Machu Picchu (étape indispensable pour tout touriste qui se respecte) coûte entre 30 et 60 dollars. Aussi, le Pérou n’est pas une destination du tourisme dit de masse. Les voyageurs·ses qui choisissent cette destination appartiennent aux classes moyennes et disposent souvent du capital culturel. en l’occurence, les femmes de l’étude de Juliette Roguet s’intéressent aux cultures et au passé précolombien du Pérou. Ce qui fait dire à Victoire Tuaillon : « ah, mais c’est moi ça ! » Une autre spécificité est leur condition raciale. Elles sont certes blanches dans les deux contextes (de départ et de destination). Mais alors qu’elles sont relativement ordinaires dans leur lieu d’origine, elles se retrouvent propulsées dans une situation bien supérieure au Pérou du fait de la rareté des personnes blanches dans ce pays. C’est ce que résume très bien la sociologue dans cette phrase : « T’es une meuf normale, t’arrives au Pérou et tu es comme une reine ! » C’est l’une des expériences les plus remarquables de toustes les Blanch·es voyageant au Pérou. Iels sont facilement et rapidement identifiables. Et du fait de la structuration raciste de la société péruvienne que j’analyserai plus loin, iels sont immédiatement placé·es au sommet de la pyramide sociale, ce qui se manifeste par un accueil toujours par des attitudes empreintes de respect et de déférence vis-à-vis d’elleux. Pour ce qui est des femmes, elles bénéficient d’une plus grande liberté que dans leur pays d’origine car « il n’y a personne pour nous juger, pas de regard de notre société d’origine », observe Juliette Roguet.

Or si l’observation est juste et pertinente, le problème est de rester à ce niveau et de ne pas approfondir l’analyse. Elle évoque, au passage, que ces femmes sont dominantes en termes de classe et de race, mais d’après elle, pas en termes de genre. Elles sont de pauvres victimes qui subissent une « hypersexualisation » liée à leur race. Elles sont perçues comme impudiques (elles subissent ce qu’elle appelle une « sanction d’impudicité ») car elles voyagent seules. Elles sont donc « soupçonnées de coucher de droite à gauche ». De leur côté, ces touristes même si elles récusent ce préjugé, elles vivent leur nouvelle situation de manière très positive. Libérées de toute pression sociale, elles s’épanouissent sexuellement. Elles disent n’avoir jamais ressenti autant de plaisir ni de se sentir aussi belles et désirées. Et donc nous dit Juliette Roguet, elles performent la romance de la manière la plus sincère possible.

À l’écoute du podcast, j’ai été frappée par la bienveillance et l’identification de la sociologue vis-à-vis des femmes de son échantillon, ce qui n’est pas un problème. C’est même tout à fait logique. Ce qui l’est moins, c’est que cela se présente sous couvert de neutralité scientifique. En réalité nous sommes face à une analyse féministe blanche qui n’est pas contestable pour peu qu’elle se reconnaisse comme telle. J’en propose une autre, à savoir une lecture féministe décoloniale.

Les gringas étudiées par Juliette Roguet ne sont pas des victimes. Elles peuvent être séduites voire manipulées, comme dans toute relation hétérosexuelle. En revanche, elles ne sont pas opprimées comme elles pourraient l’être en contexte européen par des partenaires blancs de la même race et classe. Au Pérou, elles sont dominantes par rapport aux bricheros qui retirent certes des bénéfices économiques et sociaux mais qui restent toujours des subalternes. Au mieux, les hommes racisés s’élèvent un peu dans l’échelle sociale des cholos, des racisés péruviens. Cela insupporte les hommes blancs – et on comprend bien pourquoi – mais la relation des bricheros avec les Blanches n’en fait pas d’eux des dominants. En effet, les femmes blanches peuvent décider à tout moment de rompre la relation, de les faire arrêter et les poursuivre en justice, de leur enlever les papiers. Si elles ne le font pas, c’est qu’elles tirent des bénéfices de cette relation, qui outrepassent l’aspect matériel. Ce sont des femmes traitées comme des reines dont les bricheros assouvissent les plaisirs sexuels. Sachant surtout qu’ils le font de très bon gré en raison de la structure raciale de la société péruvienne. En contexte colonial, les femmes blanches dominent les hommes racisés et jamais l’inverse.

Comprendre le racisme structurel : le cas du Pérou

« Une société est raciste ou ne l’est pas » disait Frantz Fanon. Beaucoup d’autres le sont aussi, mais la société péruvienne se caractérise par un racisme plutôt ouvert et décomplexé. La composition démographique et sociale du Pérou fait que les Autochtones (des Andes et de l’Amazonie) se retrouvent en-dessous de la ligne de l’humanité, ce que Nelson Maldonado-Torres appelle, en se basant sur les écrits de Fanon, la « zone du non-être ». Dans le podcast de Victoire Tuaillon, on passe rapidement sur cet élément explicatif majeur. Juliette Roguet évoque rapidement le racisme structurel de la société péruvienne sans en expliciter le sens, alors qu’elle s’attarde sur la conceptualisation de la théorie de Paola Tabet (il y a même un bonus sur ce sujet). Elle cite le sociologue blanc Gonzalo Portocarrero qui explique le racisme comme un l’héritage, depuis l’époque coloniale, d’une représentation pigmentocratique de la société. Ce sociologue n’a pas d’analyse du racisme en termes de rapports sociaux mais en termes de représentations. Pour finir avec le racisme, il faudrait donc seulement décoloniser les imaginaires, surtout celui des racisé·es.

Je ne partage pas cette analyse du racisme. La construction raciale des sociétés coloniales, n’est pas seulement une question de représentations stéréotypées qu’il s’agirait de corriger. On ne combat pas le racisme en éduquant les Péruvien·nes. Car la race n’est pas une affaire de représentations, elle est une affaire de pouvoir. La race, nous dit le sociologue péruvien Aníbal Quijano (1928-2018) est « l’instrument de domination sociale le plus efficace inventé ces 500 dernières années ». Le racisme est un système de domination étendu à l’échelle planétaire qui sert des objectifs capitalistes et d’accaparement des ressources par un groupe réduit de personnes (les Blanc·hes).

Source: https://www.omni-bus.com/n24/cholos.html

Au Pérou, comme dans d’autres pays d’Abya Yala (Amérique latine), la colonialité du pouvoir introduite dès 1492, fait des peuples originaires, des colonisé·es. Les colonisateurs créent alors la première distinction raciale de l’histoire globale : les Européens sont supérieurs à ceux qu’ils appellent depuis lors les Indiens. Cette catégorie n’a aucun fondement ethnique ni culturel, elle ne sert, depuis sa création, qu’à la domination des populations assignées dans ce lieu politique. Dans les Andes, les « Indiens » sont les seuls à travailler de force dans les mines, les haciendas et à payer le tribut colonial. Après le génocide de ces populations, les Espagnols débattent sur les modalités que doit prendre la colonisation (cf. la controverse de Valladolid de 1550-1551) et décident de combler le vide laissé par ces populations disparues, par des Africain·es déporté·es, placé·es désormais au plus bas de l’échelle sociale, en dessous des Autochtones.

Néanmoins, étant donné que la zone andine de par la chronologie de la conquête, a mieux résisté à la colonisation, les peuples autochtones ont été épargnés de l’extermination totale. Les besoins de main d’œuvre servile étant par conséquent moindres dans ce territoire, les esclavisé·es y ont été beaucoup moins nombreux·ses que dans d’autres contrées. Cela explique que la catégorie raciale la plus minorée, contrôlée et réprimée au Pérou jusqu’à aujourd’hui soit celle des Autochtones. Comme pour tous les groupes raciaux subalternes, la catégorie raciale «Indiens» se décline en plusieurs sous-catégories hiérarchisées : Indiens de l’Amazonie ou chunchos (les plus barbares), les serranos (ou Indiens des sierras, montagnes) et les acculturés ou cholos (qui ont abandonné, de gré ou de force, leur identité autochtone).

Juliette Roguet dit que l’union entre une femme blanche et un homme autochtone est un tabou et un interdit au Pérou. Cela est faux. Il n’y a aucune loi écrite ou coutumière qui interdise cette union. Les races ne sont pas des castes. En revanche, l’union entre une Blanche et un Autochtone est extrêmement rare car les femmes blanches cherchent à se marier avec des Blancs d’une catégorie sociale au moins égale à la leur. Certaines exceptions peuvent néanmoins se produire lorsque les cholos ont beaucoup d’argent, comme dans le cas des joueurs de football, de certains chefs d’entreprise, voire des trafiquants.

Comme il est expliqué dans l’épisode du podcast, les touristes blanches ne connaissent pas cette réalité. Elles proviennent d’autres sociétés tout aussi coloniales, mais où le racisme s’exprime d’une autre manière. Elles se retrouvent un peu comme Charlotte dans le film Lost in translation de Sofia Coppola, dans un espace-temps où les frontières sont brouillées, le temps du séjour. Les bricheros péruviens profitent de cette situation pour prendre leur revanche et ouvrir leur horizon de possibilités sexuelles et amoureuses. C’est pour cela que leur préférence va vers les canons de beauté occidentale très blancs (les Suissesses et les Suédoises, dit la sociologue). Pour eux, contrairement aux escorts noirs caribéens qui se vendent à des clientes âgées, les cholos recherchent de vraies compagnes. Pour eux ce n’est pas une honte sociale de se balader avec les touristes blanches de leur âge, voire plus jeunes. Comme le dit Juliette Roguet, dans leur cas c’est une aubaine, une vraie réussite. Ce faisant, ils renversent l’ordre établi. C’est la raison pour laquelle les hommes blancs péruviens les tiennent en horreur comme cela est évoqué dans le podcast. Mais pas tellement parce que c’est transgressif, plutôt parce que cela concurrence leur pouvoir. Dans l’ordre racial des choses, ce sont eux qui devraient s’approprier de ces touristes. Pour les bricheros, la relation avec les Blanches n’est pas politique comme elle pouvait l’être pour certains militants du Black Power étatsunien des années 1960. Pour eux c’est plus une stratégie de survie et d’ascension sociale individuelle.

Conclusion: et si les bricheros étaient plus décoloniaux qu’on ne le pense ?

Dans ces conditions, il faudrait à mon sens nuancer l’image sur les bricheros présentée dans cette émission. Ils ne sont pas des dominants qui abusent d’innocentes touristes blanches. À bien des égards, la relation entre les étrangères blanches et les cholos transgresse la colonialité. Comme elle n’est pas pensée de manière politique par les acteurs de cette inversion, il est difficile de la qualifier de décoloniale.

Cependant, elle est totalement différente de celle qui est normalisée, entre les hommes blancs et les femmes racisées, contrairement à ce que soutiennent Victoire Tuaillon et Juliette Roguet à la fin de l’épisode à propos du tourisme sexuel en Thaïlande. Car dans ce cas, il n’y a pas d’inversion de l’ordre racial ni de genre : les hommes blancs sont au contraire bien plus dominants et les jeunes Thaïlandais·es demeurent des subalternes cantonné·es perpétuellement dans la zone du non-être. Ainsi, la sexualité est un espace de colonialité qui mérite qu’on s’y attarde pour pouvoir réellement le décoloniser.



Citer ce billet
Lissell Quiroz (2023, 15 décembre). Séduction et colonialité. Perspectives décoloniales d’Abya Yala. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nhji

2 réponses sur “Séduction et colonialité”

  1. Ce sujet est effectivement très complexe. Dans sa thèse Juliette Roguet rend compte de manière compréhensive et fine les points de vue et les expériences des Bricheros. Elle a travaillé avec eux, elle a réfléchi avec eux et non pas sur eux. Elle consacre par ailleurs tout un chapitre à situer son point de vue non seulement en tant que socio-anthropologue française mais aussi en tant qu’ethnographe sur le terrain.

    1. Je n’ai jamais dit que ce travail n’est ni pertinent ni intéressant. Seulement, le dispositif de l’émission sur laquelle est basée l’article fait de ce point de vue un point de vue universel. C’est ce qui m’a interpellée le plus. C’est pourquoi j’ai voulu présenter un regard depuis un autre lieu d’énonciation. Celui-ci ne cherche pas à se substituer à celui de Juliette Roguet, encore moins à l’invalider, mais à le compléter. Le but est plutôt d’ouvrir un débat intellectuel sur les deux aspects que je soulève. A mon sens cela enrichi la recherche et la connaissance du Pérou contemporain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search