Negra soy ! Victoria Santa Cruz (1922-2014) et l’affirmation d’une identité afro-péruvienne

Tenía siete años apenas, ¡Que siete años! ¡No llegaba a cinco siquiera! De pronto unas voces en la calle  me gritaron ¡Negra!

Victoria Santa Cruz, Me gritaron negra (1978)

C’est par ces vers que la compositrice et artiste péruvienne Victoria Santa Cruz, commence son poème le plus célèbre, « On m’a crié noire ». Cette œuvre littéraire illustre le processus sociologique du retournement du stigmate qui conjure le racisme subi dans l’enfance et conduit à l’affirmation de la négritude de la poète.

Victoria Santa Cruz, Me gritaron negra (1978)

Victoria Santa Cruz nait le 27 octobre 1922, dans le quartier populaire liménien de La Victoria dans une communauté afro-péruvienne. Celle-ci est installée depuis la période coloniale sur les côtes du centre et du sud du pays, où les Africain·nes esclavisé·es avaient été importé·es pour travailler dans les plantations. Bien qu’ancienne, la communauté afro-péruvienne n’est pas aussi nombreuse que dans d’autres pays comme le Brésil ou la Colombie. Néanmoins, les Afro-péruvien·nes ont joué un rôle important dans différents champs culturels dont la musique. Le quartier de La Victoria est justement un espace d’effervescence culturelle où se croisent notamment deux genres musicaux riches et populaires, à savoir la « musique afro-péruvienne » et la « musique créole ». Victoria Santa Cruz voit le jour et grandit dans ce milieu, composé d’artistes afro-péruviens. Son père, Nicomedes Santa Cruz, avait vécu presque 25 ans aux États-Unis et il était un grand amateur d’opéra et de musique classique. Il composait aussi des dizains musicaux (décimas). Quant à sa mère, Victoria Gamarra, elle était une très bonne chanteuse et danseuse de marinera (danse traditionnelle de la côte péruvienne).

Très jeune, elle est marquée par l’expérience du racisme. Comme elle le raconte dans son poème « On m’a appelée noire », des fillettes blanches et métisses de son quartier refusent de jouer avec elle parce qu’elle est noire. Elle garde longtemps cette blessure en elle et l’exorcise à travers la danse. Elle commence par apprendre le charleston et la mazurka, enseignés par sa mère. Par la suite, elle découvre les danses africaines 1.

En 1958, Victoria fonde, à côté de son frère Nicomedes Santa Cruz (1925-1992), le groupe Cumanana (qui désigne au Pérou le genre des dizains chantés) dans lequel participent les onze enfants de la fratrie Santa Cruz. Il s’agit pour cette compagnie de promouvoir la musique afro-péruvienne. Son objectif est d’atteindre l’authenticité de la culture afro-péruvienne depuis une perspective qui s’assume comme noire, pour contrer l’appropriation culturelle afro des créoles blancs métis de Lima qui a cours à cette époque.

victoria santa cruz

Un conseiller culturel de l’ambassade de France repère Victoria dans l’un des spectacles et lui propose une bourse d’études. En 1961 elle s’installe à Paris pour étudier à l’Université du Théâtre des Nations et à l’École Supérieure d’Études Chorégraphiques. Elle rentre au Pérou en 1966 et fonde en 1968 le Théâtre et Danses Noires du Pérou. Elle se place désormais en rupture avec la vision exotisante et raciste de la musique afro-péruvienne :

Quand je suis rentrée d’Europe, j’ai fait un appel à des Noir·es et Métis·ses qui souhaiteraient appartenir au groupe Théâtre et danses noires du Pérou qui fut la première compagnie que j’ai fondée à ce niveau-là. Des Métis·ses et des Noir·es répondirent à l’appel. Et là une Blanche vint et me dit : « Moi aussi je veux participer, Victoria, car je danse comme une Noire ». Je lui répondis : « Et c’est quoi danser comme une Noire ? Parce que moi je suis Noire et je ne sais pas ce que danser comme une Noire veut dire 2.

Depuis son retour de France, Victoria Santa Cruz se donne pour objectif de professionnaliser le théâtre et les danses d’origine afro du Pérou. Pour ce faire, elle effectue parallèlement à son frère Nicomedes un travail de recherche sur la musique et les traditions afro-péruviennes. Tandis que Nicomedes devient un véritable chercheur en publiant des livres et des articles sur la culture afro-péruvienne, Victoria s’attelle à produire des spectacles de qualité, exigeants artistiquement. Elle recrute soigneusement ses danseur·ses, les forme à la méthode apprise en Occident et leur impose une discipline très stricte. Son travail est reconnu tant au Pérou qu’à l’étranger où la troupe fait régulièrement des présentations.

Les Santa Cruz partagent la volonté de valoriser la culture afro-péruvienne bien qu’iels se distinguent sur la manière d’y parvenir. Victoria veut la hisser au même niveau que la culture européenne tandis que Nicomedes, marqué par la Révolution cubaine, l’anticolonialisme et le socialisme, revendique des formes d’expression artistique plus populaires. Frère et sœur pansent à leur manière la blessure coloniale du racisme. Pour Victoria, la reconnexion avec l’africanité à travers la danse, semble tout à fait thérapeutique :

J’ai trouvé dans ce que j’avais justement hérité de manière ancestrale, l’Afrique, la base pour me mettre debout. J’ai dû commencer par le Noir, par ces combinaisons rythmiques africaines que nous avons héritées et conservées très jalousement durant quatre cents ans. C’est ce qui me fit dire un jour « le Noir n’a jamais été un esclave » car personne n’a pu esclavagiser son rythme intérieur qui est le seul guide de l’être humain. Que personne ne me dise qu’il n’est pas raciste avant de l’avoir été, il faut l’être avant3.

Victoria Santa Cruz, n’a eu de cesse, toute sa vie durant, de lutter à sa manière contre le racisme et la colonialité du pouvoir qui sévissent dans l’histoire du Pérou depuis la Conquête. L’art en général et la musique en particulier, ont été au cœur de son action militante et du processus curatif de la blessure coloniale. La musique non occidentale possède encore en effet cette capacité à transcender la rationalité et à faire agir la corporalité individuellement et collectivement à la fois. Elle est en ce sens force créatrice, motrice et de résistance à la colonialité. L’arme, comme le disait Victoria Santa Cruz qui permit aux damnés de la Terre d’affronter l’oppression et de garder la force de continuer à vivre et à se battre.

Al fin
¡Ya tengo la llave!
NEGRO NEGRO NEGRO NEGRO
NEGRO NEGRO NEGRO NEGRO
NEGRO NEGRO NEGRO NEGRO
NEGRO NEGRO

¡Negra soy!

  1. Marcus D. Jones, Una entrevista con Victoria Santa Cruz, PERÚ NEGRO: Literatura, Arte & Cultura (Spring, 2011), p. 518-522. []
  2. Función de la palabra, TVPerú, 2009, URL: https://www.youtube.com/watch?v=HoInM19RaIE []
  3. Irupé Escobar, Victoria Santa Cruz, la voz de la mujer negra peruana, La Izquierda Diario, 28/11/15, URL: http://www.laizquierdadiario.mx/Victoria-Santa-Cruz-la-voz-de-la-mujer-negra-peruana []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.