Race et métissage en perspective historique décoloniale (2)

L’histoire de la pensée raciale est ancienne, elle remonte à la fin du 15e siècle. Elle surgit dans le cadre de la fin de la Reconquête de la Péninsule ibérique par les royaumes chrétiens. Les temps dits modernes qui s’inaugurent alors correspondent à une période d’élaboration de la notion de race dont nous en sommes encore les héritier·es. Dès cette époque, il ne s’agit pas uniquement de catégoriser les populations des régions du monde nouvellement conquises. La construction de la pensée raciale s’inscrit dans un contexte de domination coloniale et de structuration du capitalisme mondial. Comme dans le cas du système de domination de genre auquel il étroitement associé, celui de la race s’appuie sur une certaine perception de la biologie humaine qui évolue dans le temps mais qui tend toujours à naturaliser les différences entre les individus. C’est ce qui fait leur force et a permis leur perpétuation. La science occidentale moderne, en développement et expansion à partir de l’époque des Lumières, loin de battre en brèche les représentations essentialisantes et fausses sur les particularités biologiques, sert au contraire à les légitimer. L’histoire de la race est par ailleurs étroitement liée à celle du mélange et du métissage – tantôt honni, tantôt valorisé comme dans nos sociétés contemporaines. Et contrairement à l’idée que le mélange biologique signifierait la fin du racisme et l’avènement de sociétés post-raciales, le métissage est aujourd’hui l’expression d’un racisme qui n’ose dire son nom.

Continuer la lecture de « Race et métissage en perspective historique décoloniale (2) »

Race et métissage en perspective historique décoloniale (1)

«L’idée de race est assurément l’instrument le plus efficace de domination sociale inventé ces 500 dernières années. Produite au tout début de la formation de l’Amérique et du capitalisme, dans le passage du 15e au 16e siècle, elle fut imposée dans les siècles suivants à la population de toute la planète, dans le cadre de la domination coloniale de l’Europe.»

Aníbal Quijano, “¡Qué tal raza!”, Ecuador Debate, n° 48, Quito, déc. 1999, p. 141-152.

L’histoire de la pensée raciale est ancienne, elle remonte à la fin du 15e siècle. Elle surgit dans le cadre de la fin de la Reconquête de la péninsule Ibérique par les royaumes chrétiens. Les temps dits modernes qui s’inaugurent alors correspondent à une période d’élaboration de la notion de race dont nous en sommes encore les héritier·es. Dès cette époque, il ne s’agit pas uniquement de catégoriser les populations des régions du monde nouvellement conquises. La construction de la pensée raciale s’inscrit dans un contexte de domination coloniale et de structuration du capitalisme mondial. Comme dans le cas du système de domination de genre auquel il est étroitement associé, celui de la race s’appuie sur une certaine perception de la biologie humaine qui évolue dans le temps mais qui tend toujours à naturaliser les différences entre les individus. C’est ce qui fait leur force et a permis leur perpétuation. La science occidentale moderne, en développement et expansion à partir de l’époque des Lumières, loin de battre en brèche les représentations essentialisantes et fausses sur les particularités biologiques des races, sert au contraire à les légitimer. L’histoire de la race est par ailleurs étroitement liée à celle du mélange et du métissage – tantôt honni, tantôt valorisé comme dans nos sociétés contemporaines. Et contrairement à l’idée que le mélange biologique signifierait la fin du racisme et l’avènement de sociétés post-raciales, le métissage est aujourd’hui l’expression d’un racisme qui n’ose dire son nom.

Continuer la lecture de « Race et métissage en perspective historique décoloniale (1) »

“Arauco tiene una pena”: la decolonialidad cantada por Violeta Parra

Arauco tiene una pena / que no la puedo callar. / Son injusticias de siglos / que todos ven aplicar. / Nadie le pone remedio / pudiéndolo remediar. / Levántate Huenchullán1.

Un día llegó de afuera / huescufe2 conquistador, / buscando montañas de oro, / que el indio nunca buscó. / Al indio le basta el oro / que le relumbra del sol. / Levántate Curimón3.

Entonces corre la sangre, / no sabe el indio qué hacer, / le van a quitar su tierra, / la tiene que defender. / Arauco está desolado / y el afuerino de pie. / Levántate Manquilef4.

¿Adónde se fue Lautaro5 / perdido en el cielo azul? / Y el alma de Galvarino6 / se la llevó el viento sur. / Por eso pasan llorando / los cueros de su cultrún7. / Levántate, pues, Calfull.

Del año mil cuatrocientos / que el indio afligido está, / a la sombra de su ruca8 de cinco siglos / nunca se habrá de secar. / Levántate Quilapán9.

Ya rugen las elecciones, / se escuchan por no dejar, / pero el quejido del indio / nunca se habrá de escuchar. / Por más que estruene en la tumba / la voz de Caupolicán10. / Levántate Culiñán.

Desde ese tiempo han pasado / las lunas en cantidad, / ya no son los españoles / los que les hacen llorar. / Hoy son los propios chilenos / los que les quitan su pan. / Levántate Pailahuán.
 
Ya no florece el mañío, / Ya no da fruta el piñón / Se va a secar la araucaria / Ya no perfuma el cedrón / Porque al mapuche le clavan / El centro del corazón. / Levántate Curimón.

Violeta Parra, « Arauco tiene una pena » (1957).
Continuer la lecture de « “Arauco tiene una pena”: la decolonialidad cantada por Violeta Parra »
  1. Huenchullán (del mapudungun: piedra de donde salen les humanos): apellido mapuche. []
  2. Ladrón. []
  3. Curimón (« tierras negras »): poblado chileno de origen prehispánico ubicado en la región de Valparaíso. []
  4. Manuel Manquilef, investigador bilingüe mapuche autor de Psicolojía Araucana (1908), Folklore Araucano (1911) y Los Comentarios del pueblo araucano (1911-1914). []
  5. Lautaro: líder militar mapuche en la Guerra de Arauco (siglo XVI). []
  6. Guerrero mapuche perteneciente a las filas de Lautaro (1534-1557). []
  7. Timbal utilizado en las ceremonias mapuches. []
  8. Ruca (del mapudungun ruka, « casa »: nombre de la vivienda tradicional de les mapuches / lo pueden ver lloriquear. / Totoral ((Totoral: Paraje poblado de totoras (planta perenne, común en esteros y pantanos). []
  9. Quilapán: lonco mapuche que vivió en el siglo XIX y llegó a ser unos de los jefes principales que se opusieron al Ejército de Chile durante la ocupación de la Araucanía. []
  10. Caupolicán (en mapudungun: piedra de cuarzo azul): toqui mapuche que lideró la resistencia de su pueblo contra los conquistadores españoles en siglo XVI. []