Le virus le plus mortel n’est pas le COVID-19 (par Margo Okazawa-Rey)

La panique et la peur croissantes qui entourent la pandémie de COVID-19 sont palpables à travers le spectre social. Le gouverneur de Californie a ordonné à l’ensemble de l’État de « rester chez vous » pour une durée indéterminée, ce qui signifie que nous ne pouvons quitter nos maisons que pour des activités essentielles. Oui, le virus n’est pas encore entièrement connu et maîtrisé; oui, l’incidence de l’infection augmente et ne peut être évaluée avec précision ; oui, ce virus provoque la mort. Et oui, nous devons continuer à nous laver les mains, à prendre d’autres précautions et à maintenir une distance physique .

Nous devons également pratiquer la solidarité sociale. Cela signifie de nous impliquer dans l’entraide, soutenir les travailleuses et travailleurs de la santé et trouver des moyens efficaces de soutenir les autres travailleuses et travailleurs, les familles en situation précaire et les petites entreprises qui risquent de ne pas survivre. En même temps, il faut que nous maintenions nos relations sociales, à nous voir virtuellement pour danser, écouter des concerts de musique et créer d’autres rassemblements créatifs, inspirants et curatifs, qui sont aussi divertissants.

Continuer la lecture de « Le virus le plus mortel n’est pas le COVID-19 (par Margo Okazawa-Rey) »

Épidémies, conquête et génocide dans les Amériques

« Les Taïnos, autrefois, n’avaient pas peur de la mort – mais cette mort-là leur échappe. Elle ressemble trop à une punition collective pour être vécue sereinement. Au début, les malades étaient veillés par leurs parents, leurs amis. Mais comme les morts se comptent par dizaines de milliers, les corps en état de décomposition plus ou moins avancée sont partout – dans les champs, dans les grottes, dans les bois – et ne sont même plus enterrés. Le corps taïno n’est qu’un déchet. Un corps sans nom, entassé dans un charnier. Une mort sans nom. Toutes ces morts défont les liens familiaux, fauchent l’élite politique religieuse, plongent la société taïno dans un oubli collectif […]. Le Nouveau Monde s’est transformé en abattoir1. »

11 mars 2020. L’OMS déclare que la flambée de Covid-19 constitue une pandémie. Dans les quatre coins du monde, des mesures d’exception sont prises pour tenter de contenir la diffusion de la maladie. Depuis, de nombreux pays ont instauré des états d’urgence sanitaire incluant la fermeture des frontières, le confinement des populations ainsi que les suspensions des liaisons aériennes et maritimes.

Les pandémies ne sont pas un phénomène du 21e siècle, elles existent depuis les siècles anciens. L’Europe a ainsi connu plusieurs pandémies pesteuses depuis l’Antiquité, la plus connue étant la peste noire qui sévit sur le continent entre 1346 et 1353. Elle aurait tué 25 millions de personnes (entre 25% et 50% de la population européenne). Les Européen·nes ne restèrent pas passifs face à cette longue et ravageuse épidémie. La première mesure prise fut de suivre l’adage hippocratique ou « électuaire des trois adverbes », à savoir Cito, longe, tarde, c’est-à-dire « (Pars) vite, (va) loin, (reviens) tard »2. Autrement dit, le confinement était déjà le moyen privilégié d’échapper – notamment pour les catégories aisées – à la contagion. Le traumatisme de la peste resta présent dans les esprits durant des siècles, d’autant plus qu’elle devint endémique sur le continent. Les fermetures des villes et le confinement furent ainsi monnaie courante lors de ces crises sanitaires.

Continuer la lecture de « Épidémies, conquête et génocide dans les Amériques »
  1. Paula Anacaona, 1492, Anacaona l’insurgée des Caraïbes, Anacaona Editions, p. 112 []
  2. Jean Vitaux, Histoire de la peste, PUF, 2010, p. 138 []