Mé 1967 en Guadeloupe : un massacre colonial longtemps occulté

« La grève des ouvriers du bâtiment de mai 1967 était une occasion rêvée pour sévir. Et c’est vrai qu’ils ont frappé fort, aveuglément mais tout en ayant en tête que l’essentiel des gens qu’ils devaient tuer étaient des militants du GONG […]. Il y avait un certain nombre d’autres personnes qui n’avaient rien à voir [avec cela] mais qu’on a tuées de manière sauvage pour faire peur, pour que nous n’ayons plus l’idée de recommencer – Claude Makouke, membre du GONG1. »

Le 26 mai 1967, une sanglante répression des forces de l’ordre françaises s’abat sur des ouvriers du bâtiment – tous noirs – qui manifestaient pour obtenir une augmentation de salaire de 2,5%. Le bilan officiel fait état de 8 morts et une soixantaine de blessés. Une forte répression s’en suit : elle se traduit par l’arrestations de dizaines de Guadeloupéens.

Le massacre est tout de suite étouffé par le gouvernement. Quelques articles paraissent dans la presse métropolitaine à partir du 30 mai et surtout lors du procès intenté aux personnes arrêtées alors, accusées d’avoir attisé le feu et favorisé l’émergence d’un climat insurrectionnel à Basse-Terre. La preuve de cette opacité est le fait qu’on ne connait pas, jusqu’à aujourd’hui, le nombre exact des victimes. Le chiffre le plus vraisemblable est celui donné par le secrétaire d’État à l’outre-mer, Georges Lemoine, en 1985. Lors d’un voyage en Guadeloupe, il évoque un solde de 87 morts.

Ces informations confuses et contradictoires ne relèvent pas d’un dysfonctionnement administratif ponctuel. La sanglante répression perpétrée par l’État français sur un groupe de travailleurs guadeloupéens revêt en réalité les habits d’un crime colonial. Car au lieu de faire la lumière sur les évènements de mai, ceux-ci sont utilisés par l’État pour réprimer le mouvement indépendantiste guadeloupéen en herbe. En effet, un groupe croissant de personnes se mobilisait alors, en pleine période de décolonisation, contre un système économique et social inégalitaire, contraire aux promesses faites aux habitant·es en 1946, lorsque l’archipel guadeloupéen devint un département français. Beaucoup de Guadeloupéen·es sont sensibles et admiratifs des mouvements de libération nationale et des guérillas marxistes qui se développent dans la région ainsi que dans d’autres continents. L’exemple de l’Algérie libérée de la tutelle française quelques années auparavant est dans tous les esprits, tandis que les mouvements de décolonisation se poursuivent dans toute l’Afrique. Dans ce contexte, en 1963, nait le Groupe d’organisation nationale de la Guadeloupe (GONG), un mouvement indépendantiste et anticolonial. Face au risque que représente cette organisation, le gouvernement français utilise la grève de mai 1967 comme prétexte pour porter la responsabilité des incidents sur le GONG et l’anéantir.

Pour mieux comprendre la situation que traverse la Guadeloupe en 1967, il faut remonter dans le temps, jusque dans la période de la conquête de l’une des colonies les plus anciennes de la France.

Continuer la lecture de « Mé 1967 en Guadeloupe : un massacre colonial longtemps occulté »
  1. Xavier-Marie Bonnot & François-, Xavier Guillerm, Le sang des nègres, Galaade Editions, 2015, p. 100-101. []

Séminaire « Perspectives décoloniales d’Abya Yala » (2020-2021) – Programme

Présentation

Le séminaire « Perspectives décoloniales d’Abya Yala. Épistémologies, pratiques, savoirs » propose un dialogue transdisciplinaire sur les théories, les pratiques et les savoirs décoloniaux d’Abya Yala (nom donné par le peuple autochtone Guna au continent américain). L’idée du séminaire part du constat que les études décoloniales – champ de recherche et d’action développé dans les Amériques depuis les années 1990 – est peu connu en France.

Dans les Amériques latines, le champ des études décoloniales s’appuie sur une pensée critique qui se positionne comme radicale pour dénoncer l’hégémonie culturelle de l’Occident. Or la pensée occidentale moderne a gommé non seulement la participation de toute autre civilisation ou culture à la construction de la science moderne, mais a aussi exclu toute autre forme de savoir dans la construction historique du monde. Les études décoloniales donnent notamment une place centrale aux modes d’existence ou modes de vie des subalternes (populations paysannes, autochtones, afrodescendantes, prolétaires, minorités sexuelles, etc.) comme autant de savoirs à prendre en compte dans les schémas explicatifs du monde et dans la construction d’une société nouvelle basée sur la justice épistémique, la décolonisation, le dialogue des savoirs et l’interculturalité.

Le séminaire est conçu comme un espace de rencontre et d’échange sur les savoirs, les épistémologies et les pratiques décoloniales d’Abya Yala. Il envisage la pensée décoloniale depuis la généalogie des peuples colonisés des Amériques, que ceux-ci soient autochtones, africains ou asiatiques. L’épistémicide débuté dans le continent en 1492, a infériorisé leurs pratiques et leurs savoirs les renvoyant du côté de la subalternité. Parallèlement, il a instauré l’hégémonie de la philosophie occidentale.

Continuer la lecture de « Séminaire « Perspectives décoloniales d’Abya Yala » (2020-2021) – Programme »