«Tes papiers!»: une histoire décoloniale du contrôle au faciès

« Le contrôle c’est quelque chose de commun, d’habituel pour moi. Depuis que je suis tout petit, je me fais contrôler. Si je compte, il y a 365 jours dans l’année, je vais être gentil, je vais dire 50 contrôles par an, ça fait depuis 20 ans… Donc voilà, 1000 fois ! » (Lyes K.)

Documentaire Egalité trahie (@maruemesdroits).

Le mercredi 27 janvier 2021, six ONG dont Amnesty International, ont annoncé le lancement, pour la première fois en France, d’une action de groupe contre l’État afin de mettre fin aux « contrôles d’identité discriminatoires » de la police dont l’existence a été reconnue en décembre 2020 par Emmanuel Macron lors d’une interview faite par le média Brut.

Précédemment, en 2016, la plus haute juridiction de la justice française, la Cour de cassation, avait confirmé que la police française procède à des contrôles d’identité discriminatoires. Cette décision de justice prouve qu’il ne s’agit pas, contrairement à ce que dit le président de la République, d’un comportement déviant de certains membres de la police, mais d’une pratique normalisée de l’institution policière. Comme le montrent différentes études sociologiques, les contrôles d’identité, surtout ceux qui se répètent dans un même lieu et impliquent les mêmes personnes, ne servent pas à vérifier l’identité d’un individu pour des besoins d’ordre public, mais à lui rappeler sa condition de citoyen de seconde zone. La véritable fonction du contrôle d’identité est donc de rappeler à l’ordre certaines personnes, en l’occurrence les jeunes hommes racisés.

L’identité telle que nous la connaissons aujourd’hui – à travers des documents comme la carte d’identité, le passeport ou le titre de séjour – n’existe en réalité que depuis le 20e siècle. Auparavant, la majorité de la population française pouvait se déplacer sans avoir des documents d’identité. L’État qui se renforce et se centralise au 19e siècle, va d’abord imposer les papiers d’identité aux étranger·es, aux immigré·es et aux personnes mises au ban de la société, puis au reste de la population.

L’imposition des documents d’identité va donc de pair avec l’accroissement du pouvoir de l’État et son contrôle sur la société.

Continuer la lecture de « «Tes papiers!»: une histoire décoloniale du contrôle au faciès »