Programme du séminaire Perspectives Décoloniales (2021-2022)

Un vendredi par mois

En présentiel à l’Institut des Amériques et en distanciel

  • Première séance: 22 octobre 2021: Taher Labadi, LEST (Laboratoire d’Economie et de Sociologie du Travail), “Palestine: savoirs économiques (dé)coloniaux”
  • Deuxième séance: 19 novembre 2021: Rose Ndengue, Glendon Campus York University, «Déprovincialiser le nationalisme féminin/féministe Camerounais des 50’s : L’UDEFEC et le feminisme noir pluriversel »
  • Troisième séance: 10 décembre 2021: Joao Gabriel, Johns Hopkins University, “Racialisation des questions de genre et de sexualité”

Annonce séminaire

Le séminaire « Perspectives décoloniales » reprend ses activités de l’année universitaire 2021-2022.

Notre première séance aura lieu:

le vendredi 22 octobre  de 10h à 12h en présentiel

Vous pourrez suivre la présentation et la discussion en suivant ce lien: https://bbb.unistra.fr/b/kar-ber-pbz-imr

à l’Institut des Amériques Campus Condorcet (6e étage, salle 6.040) voir QR code ci-dessous

À cette occasion, nous aurons le plaisir de recevoir

Taher Labadi, LEST (Laboratoire d’Economie et de Sociologie du Travail) qui s’entretiendra avec nous autour du thème : « Palestine : des savoirs économiques (dé)coloniaux »

Nous vous attendons nombreux·ses !

Hanane Karimi (DynamE, Univ. Strasbourg) & Lissell Quiroz (Agora, CY Cergy Paris Univ.)

Séminaire Perspectives Décoloniales

Coordonné par:

Hanane Karimi, DynamE, MCF Sociologie à l’université de Strasbourg.

Lissell Quiroz, AGORA, Prof. d’Etudes latino-américaines à CY Cergy Paris Université.

Argumentaire:

«Perspectives décoloniales» est un séminaire pluridisciplinaire qui se propose d’analyser les concepts de colonialité et décolonialité dans leur généalogie latino-américaine mais aussi dans leurs circulations transatlantiques.

La notion de colonialité du pouvoir a été forgée par le sociologue péruvien Anibal Quijano dans les années 1990. Elle désigne le modèle de domination coloniale imposé à l’échelle mondiale à partir de 1492 par les Européens. Selon Quijano, ce système n’a pas seulement été imposé partout dans le monde, il a traversé les siècles et n’a pas pris fin avec les indépendances des colonies américaines, asiatiques et africaines. Par sa longévité, la colonialité se distingue de la colonisation qui fait référence au cadre juridique et institutionnel de domination coloniale qui s’est achevé pour la plupart des pays du monde durant la seconde moitié du XXème siècle.. Le concept de colonialité, tel qu’il a été défini par Quijano, insiste sur la continuité entre les formes de domination de l’époque coloniale et celles d’aujourd’hui. Il situe également le point de départ de cette histoire dans l’espace de domination ibérique.

Les recherches sur ces structures du pouvoir et leur pérennisation dans le temps, mettent la focale sur l’origine coloniale de celui-ci. A partir de cette notion centrale, les Études décoloniales ont élargi leur périmètre de recherche vers des concepts comme la colonialité du savoir, la colonialité de l’être, la colonialité du genre ou la colonialité de la nature. Ce séminaire envisage cette notion dans toute cette complexité.

Cette année, le séminaire «Perspectives décoloniales» invite à sortir de l’espace de production de ces théories, à savoir Abya Yala (nom autochtone des Amériques). L’idée est de confronter les notions de colonialité/décolonialité dans d’autres aires géographiques. Pour ce faire, les chercheur·e·s invité·e·s travaillant sur des régions différentes partageront leurs usages de ces notions dans le cadre du séminaire qui est ouvert à tout public intéressé par les études décoloniales.

D’un point de vue formel, le séminaire  propose d’orienter les séances dans l’échange et l’interaction entre les invité·es, les organisatrices et le public. L’idée sous-jacente est de prendre en compte les rapports de domination qui traversent les lieux de production et de circulation des savoirs et de les réinventer. Cet espace d’échange se veut propice  aux savoirs subalternes et expérientiels. Nous partons du postulat que tout savoir – d’où qu’il émane à partir du moment où il s’inscrit dans une réflexion en lien avec notre problématique – enrichit les analyses, les rend plus concrètes et pertinentes. C’est la raison pour laquelle nous envisageons un format partant d’une présentation de l’invité·e (5 min), de son exposé (15 min.) de l’invité·e, suivie d’une conversation avec les organisatrices et le public (105 min.). Les séances seront toutes proposées en format hybride (présentiel-distanciel).