Pandémie, confinement et sociétés sécuritaires

Ce texte est écrit alors que la France se trouve dans le pic de l’épidémie de la Covid-19 et que les mesures de confinement de la population se durcissent dans le pays et que l’état d’urgence sanitaire devrait être repoussé jusqu’au mois de mai.

L’article pose plus de questions qu’il n’apporte de réponses. Il propose de faire un bilan d’étape d’une pandémie qui a fait à l’heure actuelle plus de 100 000 morts dans le monde. Il invite notamment à analyser – encore à chaud – ce que la Covid-19 dit sur nos sociétés capitalistes marquées par la colonialité ainsi que sur la gestion politique de la pandémie.

Pandémie et vulnérabilité des sociétés capitalistes

Le coronavirus 2019 est une maladie infectieuse apparue en novembre 2019 à Wuhan en Chine. Dans le monde globalisé qu’est le nôtre, la maladie se propage rapidement en dehors de son foyer d’apparition causant la mort de nombreuses personnes dans divers pays. Les uns après les autres, les différents États du monde instaurent des mesures de protection et en mars 2020, l’OMS requalifie l’épidémie en pandémie.

Selon une étude faite à partir de l’expérience chinoise, 78% des cas de la Covid-19 sont asymptomatiques1. Par ailleurs, le virus affecte très peu les personnes jeunes. En France, seuls deux enfants de moins de 16 ans sont morts sur un total de 14 393 décès (l’un d’eux souffrant d’ailleurs d’autres pathologies). Plus une personne atteinte par le virus est jeune et en bonne santé, plus les chances de guérir sans séquelles sont élevées, de l’ordre de 98%2.

En revanche, la Covid-19 affecte principalement les personnes âgées (contrairement à la pandémie de grippe H1N1 en 2009-2010 qui touchait davantage les plus les jeunes). Ainsi, en Italie, au moins 55% des décès ont concerné des octogénaires3. En France, 90% des décès ont affecté des personnes âgées de 65 ans et plus4. Et un tiers des décès enregistrés l’ont été dans des EHPAD (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes). D’autre part, l’âge moyen des cas répertoriés dans les services de réanimation est 60 ans alors que près de 57% sont âgés de 65 ans et plus5.

Continuer la lecture de « Pandémie, confinement et sociétés sécuritaires »
  1. « Covid-19: four fifths of cases are asymptomatic, China figures indicate », 2/04/20, BMJ 2020;369:m1375. []
  2. Coronavirus : «Quel est le pourcentage de guéris comparé au nombre d’hospitalisés ?», Le Parisien, 20/03/20, URL : https://urlz.fr/co4i []
  3. « Le Covid-19, impitoyable avec les pays vieillissants », Le Temps, 22/03/20, URL : https://www.letemps.ch/monde/covid19-impitoyable-pays-vieillissants []
  4. « Coronavirus : décès d’un enfant en Ile-de-France, carte en direct », Le Journal des Femmes, 10/04/20, URL : https://urlz.fr/co4l []
  5. Ibid. []

« Colonialité du savoir : théories et pratiques ». CR de la 2e séance du séminaire « Perspectives décoloniales d’Abya Yala » (17 janvier 2020)

La deuxième séance du séminaire a porté sur : « Colonialité du savoir : théories et pratiques »

Pour rappel, il est conçu et préparé à partir d’un point de vue situé qui est celui de la production intellectuelle et des luttes et conflits socio-environnementaux, raciaux et féministes d’Abya Yala (Amériques). Y sont interrogés la construction, la circulation et l’usage de ces savoirs dans un contexte de globalisation des échanges Sud-Nord.

Comme cela a été exposé lors de la première séance, le format de ce séminaire est souple, dynamique et interactif. Il vise en priorité à favoriser l’expression des points de vue et des savoirs subalternisés et ou minorés.

La séance s’est déroulée en trois temps :

1. Présentation des travaux émanant du réseau Colonialité/Modernité/Décolonialité

2. La colonialité du savoir dans nos thèmes de recherche et d’enseignement

3. Un temps d’échanges avec les participant·es.

Continuer la lecture de « « Colonialité du savoir : théories et pratiques ». CR de la 2e séance du séminaire « Perspectives décoloniales d’Abya Yala » (17 janvier 2020) »

Race et métissage en perspective historique décoloniale (1)

«L’idée de race est assurément l’instrument le plus efficace de domination sociale inventé ces 500 dernières années. Produite au tout début de la formation de l’Amérique et du capitalisme, dans le passage du 15e au 16e siècle, elle fut imposée dans les siècles suivants à la population de toute la planète, dans le cadre de la domination coloniale de l’Europe.»

Aníbal Quijano, “¡Qué tal raza!”, Ecuador Debate, n° 48, Quito, déc. 1999, p. 141-152.

L’histoire de la pensée raciale est ancienne, elle remonte à la fin du 15e siècle. Elle surgit dans le cadre de la fin de la Reconquête de la péninsule Ibérique par les royaumes chrétiens. Les temps dits modernes qui s’inaugurent alors correspondent à une période d’élaboration de la notion de race dont nous en sommes encore les héritier·es. Dès cette époque, il ne s’agit pas uniquement de catégoriser les populations des régions du monde nouvellement conquises. La construction de la pensée raciale s’inscrit dans un contexte de domination coloniale et de structuration du capitalisme mondial. Comme dans le cas du système de domination de genre auquel il est étroitement associé, celui de la race s’appuie sur une certaine perception de la biologie humaine qui évolue dans le temps mais qui tend toujours à naturaliser les différences entre les individus. C’est ce qui fait leur force et a permis leur perpétuation. La science occidentale moderne, en développement et expansion à partir de l’époque des Lumières, loin de battre en brèche les représentations essentialisantes et fausses sur les particularités biologiques des races, sert au contraire à les légitimer. L’histoire de la race est par ailleurs étroitement liée à celle du mélange et du métissage – tantôt honni, tantôt valorisé comme dans nos sociétés contemporaines. Et contrairement à l’idée que le mélange biologique signifierait la fin du racisme et l’avènement de sociétés post-raciales, le métissage est aujourd’hui l’expression d’un racisme qui n’ose dire son nom.

Continuer la lecture de « Race et métissage en perspective historique décoloniale (1) »

Le racisme ne relève pas de l’opinion personnelle mais d’un système de pouvoir et de domination

« Une fois pour toutes, nous posons ce principe : une société est raciste ou ne l’est pas. Tant qu’on n’aura pas saisi cette évidence, on laissera de côté un grand nombre de problèmes.»

Frantz Fanon, Peau noire, masques blancs, Seuil, 1952.

Contrairement à une idée répandue, le racisme n’a pas toujours existé et n’existe pas non plus partout dans le monde. Dans les sociétés occidentales, il n’est pas un phénomène résiduel qui ne concernerait qu’une minorité de personnes au comportement déviant en épargnant toutes les autres. Nous ne vivons pas dans une société post raciale qui aurait aboli ce système d’oppression ou serait en passe de le faire. Non, le racisme est constitutif de notre système social marqué par la colonialité du pouvoir.

Comme le soulignent Fanon et Césaire dans leurs écrits, le racisme est consubstantiel à l’expérience coloniale dont le discours infériorise et opprime les colonisé·es. Cette subalternisation n’est pas seulement une question de représentation mais elle est surtout un mode de gestion des populations dominées. Le racisme justifie l’organisation et la distribution du travail ainsi que des conditions d’existence inégalitaires. Fanon rappelle qu’il repose sur la déculturation des colonisé·es et une imposition de nouvelles formes de percevoir et d’exister qui conduisent à une aliénation culturelle et mentale. Or le racisme n’a pas disparu avec la fin de la colonisation. Pour le sociologue péruvien Aníbal Quijano la « structure coloniale du pouvoir » ne s’éteint pas avec la défaite du colonialisme, elle se perpétue sous d’autres formes après les indépendances, tant du côté des anciens colonisateurs que des anciens colonisés. L’exploitation, la domination mondiale actuelles ainsi que la distribution du pouvoir et de la richesse mondiale, s’établit en suivant toujours cette distinction ancienne. Pour désigner cette forme de domination de nature coloniale mais qui déborde la période coloniale stricto sensu – celle de la colonisation politico-administrative des puissances européennes – Quijano propose le concept de colonialité du pouvoir. Dans un article intitulé «¡Qué tal raza! », il présentait le racisme comme « l’instrument le plus efficace de domination sociale inventé dans les 500 dernières années1».

Continuer la lecture de « Le racisme ne relève pas de l’opinion personnelle mais d’un système de pouvoir et de domination »
  1. Aníbal Quijano, « ¡Qué tal raza! », Ecuador Debate, 48, déc. 1999, p. 141-142. []