L’agent orange : 60 ans de lutte contre un crime colonial en Asie du Sud Est

Les armes chimiques ont été utilisées sur les populations de l’Asie du sud-est depuis la Seconde guerre mondiale. Le cas le plus connu est celui de l’emploi des bombes incendiaires au napalm, utilisées durant la guerre d’Indochine par la France et du Vietnam par les États-Unis. En fait, le napalm n’a pas été la seule arme chimique déversée sur cette région.

L’agent orange a été le produit toxique le plus employé par l’armée étatsunienne durant la guerre du Vietnam (1955-1975). On estime qu’il a fait près de 5 millions de victimes. Et un demi-siècle plus tard, les conséquences de l’utilisation de cette arme chimique sont encore dévastatrices pour la population et l’environnement en Asie du sud-est.

Le 25 janvier 2021 s’ouvrira un procès au Tribunal de Grande Instance d’Évry, en banlieue parisienne, à la suite de la plainte de la franco-vietnamienne Tran To Nga. Elle est l’une des millions de victimes de l’agent orange qui demandent justice et réparation pour les préjudices subis. Les accusées sont 19 entreprises de la pétrochimie, dont Dow Chemical (qui a aussi fourni le napalm à l’armée étatsunienne) et Bayer-Monsanto. L’enjeu de ce procès est de faire reconnaitre qu’il existe un lien de cause à effet entre l’exposition à l’agent orange épandu par l’armée étatsunienne et toutes les maladies qui ont été développées à la fois par les militaires étatsuniens, mais aussi et surtout par les Vietnamien·nes résidant sur place.

Continuer la lecture de « L’agent orange : 60 ans de lutte contre un crime colonial en Asie du Sud Est »

Épidémies, conquête et génocide dans les Amériques

« Les Taïnos, autrefois, n’avaient pas peur de la mort – mais cette mort-là leur échappe. Elle ressemble trop à une punition collective pour être vécue sereinement. Au début, les malades étaient veillés par leurs parents, leurs amis. Mais comme les morts se comptent par dizaines de milliers, les corps en état de décomposition plus ou moins avancée sont partout – dans les champs, dans les grottes, dans les bois – et ne sont même plus enterrés. Le corps taïno n’est qu’un déchet. Un corps sans nom, entassé dans un charnier. Une mort sans nom. Toutes ces morts défont les liens familiaux, fauchent l’élite politique religieuse, plongent la société taïno dans un oubli collectif […]. Le Nouveau Monde s’est transformé en abattoir1. »

11 mars 2020. L’OMS déclare que la flambée de Covid-19 constitue une pandémie. Dans les quatre coins du monde, des mesures d’exception sont prises pour tenter de contenir la diffusion de la maladie. Depuis, de nombreux pays ont instauré des états d’urgence sanitaire incluant la fermeture des frontières, le confinement des populations ainsi que les suspensions des liaisons aériennes et maritimes.

Les pandémies ne sont pas un phénomène du 21e siècle, elles existent depuis les siècles anciens. L’Europe a ainsi connu plusieurs pandémies pesteuses depuis l’Antiquité, la plus connue étant la peste noire qui sévit sur le continent entre 1346 et 1353. Elle aurait tué 25 millions de personnes (entre 25% et 50% de la population européenne). Les Européen·nes ne restèrent pas passifs face à cette longue et ravageuse épidémie. La première mesure prise fut de suivre l’adage hippocratique ou « électuaire des trois adverbes », à savoir Cito, longe, tarde, c’est-à-dire « (Pars) vite, (va) loin, (reviens) tard »2. Autrement dit, le confinement était déjà le moyen privilégié d’échapper – notamment pour les catégories aisées – à la contagion. Le traumatisme de la peste resta présent dans les esprits durant des siècles, d’autant plus qu’elle devint endémique sur le continent. Les fermetures des villes et le confinement furent ainsi monnaie courante lors de ces crises sanitaires.

Continuer la lecture de « Épidémies, conquête et génocide dans les Amériques »
  1. Paula Anacaona, 1492, Anacaona l’insurgée des Caraïbes, Anacaona Editions, p. 112 []
  2. Jean Vitaux, Histoire de la peste, PUF, 2010, p. 138 []